Article proposé par JeanClaudeGrognet, paru le 26/03/2017 07:09:51
Rubrique : Interviews, lu 1303 fois. Pas de commentaires
Partager

LAURENT JELOWICKI, 4 années plus tard


 

         Meneur à quatre poneys, le  bordelais s'est mis en retrait de la compétition après le Championnat du Monde Poneys qui s'est déroulé à Pau en 2013. Son résultat personnel ( 16eme), en deçà de ses espérances, a sans doute influé sur sa décision.

         J'ai appelé celui que l'on nomme familièrement « Jélo », il est bon de ne pas oublier, ceux qui a une époque ont été sous le feu de l'actualité.

         En bonne santé, très volubile, Jélo  parle volontiers du passé et de l'avenir.

         " L'activité attelage a baissé dans ma structure équestre depuis Pau. Je fais toujours un peu de cours pour quelques clients, j'ai conservé mes poneys que j'attelle de temps en temps. J'ai vendu tout mon matériel de présentation. Après Pau j'ai fait encore quelques concours dans la région.

         Pour résumer je n'y trouvais plus "mon compte" de satisfaction et de plaisir, entre l'investissement financier, l'investissement de travail, et de temps, et la compétition de haut niveau. Ce n'est pas seulement une question d'argent, les loisirs coûtent de l'argent. Non, ce qui est important, c'est que le ratio satisfactions face au reste soit positif. La convivialité est aussi quelque chose d'important. On n'a pas toujours été bien reçu sur les concours, après Pau chacun est retourné chez soi, mais combien se sont salués au départ de Pau ? Ça m'a marqué.

         Sur le plan sportif j'avais une marge de progression qui pouvait me permettre d'envisager une 10 eme place au championnat du monde suivant. Mais encore une fois tout bien pesé, le ratio n'aurait pas été favorable au plaisir que doit délivrer un loisir.

         Aujourd'hui, je suis très modérément l'activité de l'attelage, quand on est plus dedans, on est plus dedans! On est aussi tellement isolés les uns des autres. Cela nuit  certainement au développement de la catégorie quatre poneys.

         Malgré tout, je n'ai pas fermé totalement la porte de la compétition. Il reste possible, qu'un jour je remonte une équipe. Les soutiens, la convivialité  et la considération font aussi parti des ingrédients qui pèsent  dans la notion de plaisir."

© JCG


  Commentaires