Article proposé par JeanClaudeGrognet, paru le 25/11/2013 18:54:41
Rubrique : Interviews, lu 5423 fois. Pas de commentaires
Partager

Portrait: Renaud Vinck


 

        RENAUD VINCK

Don Camillo à Altenfelden photo Hippoevent

 

         Difficile de ne pas le connaitre depuis le temps qu'il fréquente les terrains de concours! Renaud Vinck est aujourd'hui le seul meneur international français, toujours  en compétition, ayant participé au premier Championnat du Monde solo à Ebbs (Autriche). Sa carrière n'est pas terminée.  En 2014 il est sur la liste de ceux qui pourraient bien être du voyage pour le Championnat du Monde sous les couleurs de l'IFCE.

La famille

         Ses parents habitaient un petit village de Seine et Marne, Gretz Armainvilliers. A 6  ans il commence son équitation dans un poney club. La famille était sensibilisée au monde du cheval, par un oncle de Renaud militaire à Paris qui montait à cheval. Son frère Nils et sa sœur Gaëlle ont été également mis à poney à la même époque. Danièle Vinck  la maman a fait elle,  une carrière de juge jusqu'à ces dernières années.

Renaud et "Etoile"

Plus tard, ébloui en voyant des attelages à 4 chevaux il s'oriente vers l'attelage avec l'aide de ses parents. Des stages avec Mr Robert Coutable et Franck Deplanche lui font découvrir  les longues guides. L'équitation à cheval est délaissée pour un temps.

Dans les années 87/88 avec les poneys de la maison  il pratique le tandem qu'il mène sur les concours: " autant dire qu'à cette époque la concurrence n'était pas nombreuse. J'étais un des rares jeunes à atteler en grandes guides !

Plaisir en 1990

Maison Laffite 1991

 

La formation

         Renaud est convaincu très tôt qu'il fera carrière  dans le cheval. Les études qu'il fait dans l'éléctro-technique ne l'intéressent pas, "j'étais un très mauvais élève, l'école ne m'intéressait absolument pas."

         C'est décidé ...  ses parents sur son insistance lui cherchent une voie dans le cheval. Le jeune homme va devoir passer un Brevet d'Etat pour pouvoir enseigner. Aux entretiens de motivation pour le BTS Hippique à Rambouillet, un instructeur l'invite à suivre la formation du Haras du Pin  (ndlr: sans doute en raison de son penchant pour l'attelage).

         Renaud va suivre l'enseignement du Haras du Pin pendant 3 années: "la première a été terrible, uniquement consacrée à ma remise à cheval avec Mr Thierry Duhazé qui montait en Complet sur les épreuves internationales. Thierry Duahzé ne m'a vraiment pas épargné mais j'en garde de très bons souvenirs. J'ai pratiqué à ce moment là l'obstacle et le complet. L'enseignement était large, il est encore le même aujourd'hui. C'était  Jean Louis Peyre pour la sellerie bourrellerie ,  la maréchalerie avec Jean Michel Goubaud et l'attelage on s'en doute avec Louis Basty.     

         Le débourrage à l'attelage des jeunes chevaux m'a beaucoup marqué. La désensibilisation au harnais, à la traction ou à la voiture n'était pas dans le vocabulaire de l'époque!  On utilisait "Paimpol", un énorme Cob attelé à un énorme squelette. Le cheval à débourrer était attelé à côté de Paimpol. Les jeunes chevaux faisaient des bonds et tout ce qu'ils pouvaient pour se libérer, mais Paimpol suivait toujours sa route ... le squelette était très solide, de même que les harnais de Jean Louis Peyre... et  le jeune cheval rendait les armes au bout de 400 m !

 

  Squelette des Haras Nationaux

(Documentation IFCE)

 On ne peut fixer avec précision l’invention des premiers squelettes. Sans doute existaient-ils avant la fin du XVIIIe siècle.
 
 Voiture à quatre roues, très robuste, capable de résister à la violence des jeunes chevaux en cours de dressage. Elle doit son nom à l’absence de toute partie carrossée et à sa structure entièrement apparente : une flèche robuste reliant les deux essieux, un siège élevé pour le cocher et de grands marchepieds et une étroite plate-forme où les assistants du dresseur se tiennent debout et d’où ils peuvent sauter rapidement, en cas de besoin, pour se porter à la tête des chevaux.
 
 
Voiture de dressage. On l’attelle à deux chevaux, l’un dressé et sûr, le maître, l’autre, un jeune cheval à dresser, l’écolier.
 
L'IFCE possède 41 squelettes.

                                                                                                                    

         " J'étais en poste en internat et de ce fait j'avais un peu de responsabilités sur les élèves qui étaient de passage pour préparer le monitorat à la  suite à leur formation à Rambouillet. J'ai eu ainsi comme élève Karim Lagouhag aujourd'hui cavalier international de complet. J'ai eu ainsi l'honneur de mettre des "tartes" à Karim parce qu'il n'allait pas se coucher! Il s'en rappelle bien il m'en parle encore lorsque l'on se rencontre."

         Renaud sort  du Pin avec un BE1 en 1994 qu'il convertira plus tard en BE2 à Saumur en 2004. Viennent les premières compétitions:

 

La compétition

Une première médaille en 1994 et déjà moins de cheveux...

La famille a déménagé dans l'Yonne à la Haute Borne ... les meneurs se rassemblent autour d'une association: L'Equipe des Attelages de la haute Borne.

Les Attelages de la Haute Borne avec Danièle Vinck à droite et à gauche  le beau père de Stéphane Chouzenoux , Jean Pierre Chaulet... Renaud fréquentait à l'époque la sœur de Sandrine Chouzenoux ...

" 1996 avec Chic Type II , un cheval "rétif" avec qui il ira au 1 er Championnat du Monde à Ebbs en Autriche en 1998. Dans les meneurs français il y avait Philippe Gratpanche, Stéphane Meyson et Martine Vernay. J'ai terminé dans les choux ! "

Avec démocrate à Altenfelden en 2003

Renaud sera sélectionné sur un autre Championnat du Monde,  Astorp en Suède en 2004

4 ème sur le marathon d'Astorp avec Démocrate. Nils son frère tient le poste de groom.

" A Astorp je suis passé à côté d'un bon résultat. J'étais 11 ème avant la maniabilité. Celle ci s'était révélé très difficile, mes prédécesseurs sur le parcours avaient fait des balles et du temps. Sans faute sur le parcours je suis arrivé trop vite sur la dernière porte dans un virage. Le sol détrempé était marqué par le passage des concurrents, les roues de ma  voiture (2 roues) se sont bloqué, nous nous sommes renversés, et l'aventure en est restée là. Nous terminions autrement dans les 5 premiers. Dans l'équipe il y avait Anne Violaine Brisou et  Benoit Vernay. "

Astorp, Démocrate, Marie Aurélie Bruneel à la Remise des Prix

          Renaud s'est de suite installé comme instructeur indépendant à sa sortie de l'Ecole du Pin. Il y est toujours resté.

         La retraite sonne pour Démocrate. L'auteur de cet article et Renaud se rapprochent, ils ont les mêmes idées sur la compétition, le cheval, l'attelage, le dressage.  

Reste a trouver la monture pour arriver au top international...

Lord Cantus (Han) a de très belles allures, il est très beau cheval, mais il manque de cœur au marathon.

Mandrake (Han) et Ludwig (Han) à Tarbes étaient prometteurs ...

         ... mais Renaud vit de l'autre côté de Paris et des chevaux. A côté de la compétition il cherche aussi  à stabiliser sa situation professionnelle. Il doit assurer la suite de sa carrière et entreprend de nouvelles études sportives. La collaboration s'arrêtera après 3 années.

        

            Michel Bitard lui donne une nouvelle occasion de rejoindre le top international. Renaud part chez lui à Besançon comme agent immobilier avec aussi  la mission de s'occuper des chevaux de l'écurie. Ils rechercheront ensemble la perle rare. Plusieurs chevaux ont été essayés. Deux ans se passent avant de découvrir Don Camillo (Han), " un cheval ayant de belles allures qui possède beaucoup de potentiel et qui sort véritablement de "la moyenne" .

Don Camillo (Han)

         Dès les premières épreuves SHF Don Camillo s'est révélé exceptionnel. Sa carrière est conduite sagement.

2013 Les grosses épreuves commencent à Kladruby avec une 2 ème place ...

sous la selle Marie Aurélie Bruneel...

 

... sous la caméra de Kladruby

 

          Renaud reste 4 années avec Michel Bitard. Il s'ouvre à notre meneur la possibilité de remplacer Louis Basty muté au Haras d'Uzès. Une chance à ne pas manquer.  

Le Haras du Pin

         Sa prise de fonction date de janvier 2013.

         " Les installations et les outils sur le Haras du Pin sont exceptionnels. Il faut rendre hommage à Louis qui a mis tout cela en place pendant ses 30 années passées au haras. Je vais faire en sorte que cet outil rayonne. J'espère laisser ma marque sur la mission qui m'est donnée par le Directeur de la Formation Jean Michel Pinel: aller vers l'excellence, faire de l'IFCE  l'INSEP de l'Equitation, faire du Haras du Pin l'INSEP de l'Attelage, tant au niveau des moyens, des chevaux, des enseignants qui sont là et que nous allons former.

         Pour ce qui touche le cheval utilitaire, en relation avec le Syndicat des Cochers nous allons améliorer la formation. Pour le BPJEPS nous avons la volonté de nous démarquer en donnant une formation  supérieure aux futurs enseignants. Les futurs formateurs en stage à l'Ecole ont à leur disposition un cheval et vont sortir dès 2014 en compétition. Les enseignants des autres Haras de l'IFCE vont être progressivement  remis à niveau également. 

         Il y a 4 typologies de stagiaires au Pin: les personnes en formation CS, les élèves formateurs, les stagiaires stages courts (public), et les enseignants HN en perfectionnement.

         Don Camillo a été racheté par l'IFCE. J'ai aussi mission de le préparer et de le sortir sur les compétitions internationales. Je suis aidé en cela par Arnaud Lemaire le responsable de la section Dressage à l'ENE. Il vient au Pin régulièrement pour me faire travailler ainsi que la cavalière qui monte Don Camillo. Don Camillo est d'ailleurs en ce moment en stage à l'ENE pour 1 mois. Pierre Cazas est aussi quelqu'un dont je demande régulièrement un avis sur la progression du cheval. Je suis très optimiste sur les chances d'une Equipe de France l'année prochaine.

         Renaud se qualifie lui même comme un "préparateur" qui a parfois du mal à se sortir de ce statut pour endosser le costume de "compétiteur" : "aujourd'hui il faut avoir les 2 costumes et ce n'est pas très facile, aussi je m'entoure de compétiteurs  pour me rééquilibrer sportivement."

         " A l'occasion de cet interview, je voudrais remercier tous ceux qui m'ont aidé  dans ma carrière sportive, les institutionnels, les propriétaires, mon équipe proche  qui font ce que je suis aujourd'hui".

JCG


  Commentaires