Article proposé par JeanClaudeGrognet, paru le 18/01/2008 16:47:31
Rubrique : Culture générale, lu 1724 fois. Pas de commentaires
Partager

La grêve des employés d'omnibus


 

 

Cela ne faisait de doute pour personne une grève guidée par des cochers et conduite par des conducteurs de profession devait rouler à fond de train. En 48 heures, en effet, sans cahots elle arrivait à destination, la Compagnie seule, peut-être, un peu malmenée le long du chemin.

Montrons-en d’abord les acteurs. Le cocher réglementaire et le conducteur.

Le conducteur a l’air perplexe; quant au cocher, regardez-le, son bout de cigare à la bouche, l’attitude bonasse, mais l’œil matin ; lui, il se sait le pivot et de la grève, irremplaçable; il a le permis, lui, sans lui pas d’omnibus possible ! et moi, a-t-il l’air de dire, moi, on ne m’aura qu’avec des concessions; on-ne-me-rem-pla-ce-ra-pas !

Et de fait il a raison, voyez son remplaçant, le cocher improvisé; non vraiment ce n’est pas ça et franchement, je vous le demande, confieriez-vous votre tête et vos trois sous à un pareil guide ? Poser la question, c’est la résoudre.

Il faut maintenant détruire une légende : on a parlé d’encombrement, de files innombrables de gens furieux attendant en maugréant devant les bureaux d’omnibus, de Paris troublé, que sais-je encore ! Eh bien, de tout ça,  voyez ce qu’il en reste. Ne se croirait-on pas revenu au temps de l’Exposition universelle, où les carrioles et tapissières suppléaient au service des omnibus absolument insuffisant ? Voyez : tout y est, l’inscription à la craie sur les panneaux, ou au charbon sur la tente blanche; tout jusqu’au gamin du premier plan qui nous assourdit de son cri : Montrouge ! Montrouge ! comme jadis Exposition ! Exposition ! Et, comme jadis on s’entasse en riant. Trop spirituel le Parisien pour se fâcher.

Voulez-vous maintenant la note triste ? Voyez, sur le boulevard Sébastopol, ces quatre grands débris qui se consolent entre eux.

 

Quatre voitures de tramways dételées, abandonnées sur la voie publique, mélancoliques et tristes : elles regardent l’espace devant elles de leurs lanternes comme de deux grands yeux vides, et, ne voient pas de chevaux venir; c’est en vain que leurs timons se dressent en l’air comme des bras éplorés se tendant vers la force publique qui, sous la forme de deux agents, les garde ; ils ne rencontrent partout que l’indifférence et l’abandon, malheureuses victimes de la grève qui ont payé les pots... je veux dire les vitres cassées.

A la Chapelle c’est un autre tableau : on pourrait l’appeler le cauchemar d’un actionnaire. L’omnibus est dételé, sans chevaux, mais il marche, grâce à la pente, omnibus-fantôme, sans voyageurs, sans conducteur, avec l’impériale bondée de cochers en grève qui ont voulu s’offrir le régal de jouer au voyageur.

 

Au fond de tout cela qu’y a-t-il en définitive ? Une grève sérieuse qui s’est gaiement déroulée, non sans quelque bruit, devant un public plutôt sympathique qu’indifférent qui a enfin eu cette originalité, ayant été faite par des hommes, de profiter d’abord à des animaux. Voyez-les, à l’écurie, s’en donner a cœur joie : à vous les ruades, bienheureux chevaux, de l’avoine à discrétion et rien à faire, n’est-ce pas là, pour vous, le comble du bonheur?

 

Paris Vécu - Les voyageurs pour l'impériale (CP 1900)

Compagnie des Dames Blanches

 

 

Avec l’aimable autorisation de Michel Barbier, rédacteur en chef de la Vieille France

 

 

 


  Commentaires