Article proposé par JeanClaudeGrognet, paru le 09/01/2008 16:28:37
Rubrique : Interviews, lu 3229 fois. 5 commentaires
Partager

Henri Baup, melon, bottes de cuir et tradition


 

 

Henri et Chantal, Saumur 1997

  Henri Baup dit « Arba »

 

 

         Henri est de ces gens que vous ne croisez pas dans la rue sans y prêter attention. C’est « une gueule » comme l’on dit : visage carré, petites lunettes rondes, les chevaux coupés à ras, un regard déterminé…

        

         Le reste du personnage est du même moule : petit, musclé (il a fait de l’haltérophilie dans sa jeunesse), et il a le caractère qui va avec le physique. Ses amis peuvent compter sur lui, ses ennemis ou les gens qu’il déteste (surtout les prétentieux), ne risquent pas de se faire d’illusions !

 

 

Remise de la Légion d’Honneur aux Invalides

        

         Ecrire est facile pour lui, et sa plume est tout aussi tranchante, ses convictions ne restent pas dans les tiroirs, il faut dire qu’avec son érudition, ses nombreuses expériences, et ses rencontres avec tout le gratin mondial de l’Attelage de Tradition, il est difficile de le mettre en défaut.

 

         Son enfance se passe en Tunisie. Il y apprend l’italien avec sa nourrice (une napolitaine) et l’arabe à l’école.   

         Vous ne serez étonné que le jeune Baup ait choisi de faire une carrière militaire.  L’envie de voyager en plus, il passe par l’Ecole de Santé Navale d’où il sort médecin militaire. Cette carrière se termine avec le grade de Colonel.

 

 

Le polo au Niger

 

         Il a envie de voyages ? il va être servi : La Tunisie ou il apprend à monter à cheval chez les spahis, l’Algérie, le Niger, où il pratique le CSO et le polo, le Laos où il apprend l’anglais avec les bonzes, les militaires Indiens, Polonais ou Américains. Il y aura aussi Tahiti, la Côte d’Ivoire qui lui font découvrir la planche à voile …

 

         L’attelage ce sera beaucoup plus tard, fortuitement lors d’un stage d’équitation à Pompadour au Club Med il y a une initiation à l’attelage. C’est le coup de foudre. Henri et Chantal son épouse font l’acquisition de poneys et participent rapidement sans véritable formation aux concours d’attelage sportif  à 2 poneys.

 

 

 

 

Maison Lafitte 1990

 

 

 

Conty 1997

 

         Le premier concours c’est Maison Lafitte, une certaine Françoise Deplanche débutait également… Henri est un casse cou et prend tous les risques, les renversements se comptent au dessus de la moyenne…  Pas facile non plus d’habiter à Paris d’avoir les poneys dans l’Oise… qui ne se souvient pas du camion d’Henri, surchargé comme  une Casba roulante !  et les conditions de logement … ah ils dormaient à la « dur » les Baup mais les rigolades avec les Josse, les Montillon  et d’autres restent de merveilleux souvenirs.

 

         Fatigués des plaies, des bleus et des bosses nos amis se tournent vers l’Attelage de Tradition. Au départ Henri et Chantal n’y connaissaient rien. Ils vont dévorer les livres, contacter les experts mondiaux, les meilleurs auteurs, échanger avec eux, se déplacer dans les ventes, les expositions. Henri va rapidement acquérir une énorme culture générale, d’autant qu’en parallèle il développe la même démarche en apprenant l’art de la sellerie d’attelage et la fabrication des fouets traditionnels.

 

         Ses talents de sellier Henri les développe grâce à Jean Louis Peyre qui enseigne le métier aux jeunes qui passent par l’Ecole du Haras du Pin. Aujourd’hui il a fabriqué avec talent plusieurs harnais, dont des harnais d’attelage en paire et a  lui-même initié au métier l’un de ses amis le plus fidèle, Michel Josse.

 

 

 

Henri et Michel Josse, une amitié vraie

                        

         Si Henri est passionné de Tradition et plus généralement du « beau et de l’authentique » il n’a pas pour autant une âme de collectionneur. Seulement 3 voitures anciennes sont rangées dans ses remises : une Military, voiture à 2 roues des officiers Italiens, un Phaéton à balustres, un Stanhope Phaéton Stiebel. Participer aux Concours de Tradition en France ne l’intéresse plus. Il y conserve de nombreux amis mais « n’apprécie guère l’évolution que la direction de l’AFA donne à ces concours ».  

        

 

On peut faire beaucoup de choses en 24 h, alors sans doute de crainte de s’ennuyer Henri a donc ajouté il y a déjà quelques années une corde à son arc avec la fabrication des fouets traditionnels. « C’est parce que j’ai acheté un fouet moderne de fabrication allemande que je m’y suis mis. Il était si mal fait et si désagréable en main, que j’ai décidé de me mettre à les fabriquer ».

 

        

 

 

 

         Comme rien ne peut se faire chez Henri sans y chercher l’excellence, tout le patrimoine de la fabrication des fouets traditionnels a été retrouvé et mis en œuvre :

 

-         houx ou épine noire pour le bois, qu’Henri va couper dans la nature, ils sont mis à sécher, suspendus avec un poids…

 

-         les fanons de baleine introuvable ont eux été remplacés par des fibres synthétiques

 

-    culots en argent ou laiton argenté ou plaqué or…

 

-         cuir des poignées en crocodile, lézard, porc, poisson, requin …

 

         -    cuir des montures en kangourou, en cheval…

 

 

         La renommée des fouets J&B (Josse & Baup) est mondiale, il ne faut pas compter plus de 5 ou 6 experts dans ce domaine.

         L’Emir du Quatar en possède 2, il y en a en Belgique (Mia Allo), en Italie, aux USA (Chester Weber) … en GB. Henri vend parfois ses fouets à la Galerie Drouot, aux ventes de Reading ou de Saumur.

 

         J&B innove aussi. Ainsi quelques fouets pour attelage à 1 ou 2 chevaux ont été réalisés en bambou refendu de canne à lancer. Très léger, très fin et très souple, et… incassable.

 

 

 

 

 

         La toute dernière contribution d’Henri Baup à la discipline de l’attelage vous la découvrez  tous les jours, ce sont les articles,  les quiz, les commentaires dont on se régale sur attelage.org

 

 

         « Respect au Maître Henri ! »

 

        

 

         JCG

 

 

          

                

 

          


  Commentaires
-Bravo et merci par JACKY (09/01/2008 15:11:24)
Bravo et merci pour cette mini-bio qui permet de mieux connaitre cet "honorable correspondant" apprécié sur a.o.
Cordialement
-Salut à Arba par Figoli (09/01/2008 17:15:57)
"Maitre henri" est toujours de bon conseil et, être homme de caractere ne l'empeche pas d'avoir ...de l'humour.Merci à lui.
-clap, clap, clap par (09/01/2008 18:29:40)
Bravo Maître Henri pour l'ensemble de votre oeuvre
-merci de... par Fauch (09/01/2008 18:54:56)
Merci de nous faire partager votre savoir, Mr Baup. je sais enfin qui se cache derière ce surnom d'Arba que j'ai toujours plaisir à lire sur ce site, un peu d'humour, beaucoup de savoir, une grande culture de l'attelage. et surtout une ouverture d'esprit que je recherche souvent dans "ce milieu". Chapeau bas, Monsieur...
-Plus qu'une référence... par FranZiS (09/01/2008 22:28:35)
Toujours disponible, inépuisable, toujours pret a donner des conseils...
LA"bible" de l'attelage.
Merci Monsieur !
François