Article proposé par JACKY, paru le 26/02/2007 19:50:24
Rubrique : L'attelage de Tradition, lu 4829 fois. 7 commentaires
Partager

le "bleu charron" (ou "charrette")


 
Ayant eu recemment à repeindre un "gerbière" je me suis penché sur cette couleur et cela peut servir...
On peut notamment s'en procurer par correspondance ches www.ocres-de-france.com.
Voici ce qu'en dit www.dotapea.com avec quelques rappels historiques interessants:

* il est difficile de définir sa teinte. Plutôt chaude (probablement une phtalocyanine de cuivre) ou plutôt froide (version pastel), le bleu charron est tantôt sombre, tantôt clair car rehaussé de blanc ;

* il est fabriqué en France ;
* c'est une couleur qui a connu un usage traditionnel possiblement très ancien. Le terme "charron" réfère à la couleur couramment employée pour peindre les roues des charrettes (les charrons) ;
* sa fabrication a été durablement interrompue, mais qu'elle a repris
* il est utilisé par certains peintres dans différents mélanges destinés à créer ou enrichir un noir, notamment en combinaison avec un rouge.

Sa composition demeure assez mystérieuse. La définition "Bleu de Prusse chargé de sulfate de baryte" retenue par notre confrère Yan Bilik de Pourpre.com et différentes sources (notamment André Béguin, pour qui "les bleus charrons sont chargés de barytine" - p. 156) ne semble pas correspondre à la composition de certains bleus charrons trouvés dans le commerce, qui semblent dépourvus de blanc. Surtout, il n'est pas exclu - mais sous toute réserve - que les artisans aient réalisé eux-mêmes, originellement, un mélange entre un pigment à base de pastel et éventuellement (reste à savoir pourquoi) du blanc de baryum ou un autre blanc. La variété traditionnelle de ce bleu a pu être préparée à partir des résidus prélevés dans les cuves où est préparée la guède, "l'indigo médiéval ou antique" européen. Ou bien le bois pourrait avoir été teint, à la manière d'un tissu. Précisément, nous avons eu accès indirectement à un témoignage - non confirmé - d'une teinture dite "bleu charron" en France à base de bleu de méthylène, à l'époque moderne.
Une hypothèse : le bleu charron aurait été initialement réalisé à partir d'une teinture à la guède, puis remplacé par des produits plus modernes.
Quelque chose demeure particulièrement troublant en ce qui concerne cette couleur dont le nom est associée au chariot : elle semble rappeler l'importance pour le moins notable dudit chariot dans les anciennes traditions européennes, notamment par le biais du trésor archéologique de Vix (char de Vix), tout en semblant lui associer peut-être une valeur symbolique encore plus importante accordée dans l'antiquité celtique ou celto-germanique à la couleur bleue, pratiquement "tabou" pour les Romains et d'autres peuples indo-européens. Il y a là un mystère persistant et d'autant plus intéressant que le bleu est de nos jours redevenu l'objet d'un attachement manifeste.


  Commentaires
-Bleu charron par Arba (27/02/2007 08:26:50)
-bleu charron par Arba (27/02/2007 08:28:55)
On peut en acheter chez LAVERDURE à paris, et , vous ne parlez pas de ses qualités anti - mouches ...( supposée )
-Question, pour Figoli sans doute... par Gilbert (27/02/2007 09:50:35)
je me suis toujours demandé si il y avait une origine commune entre ce bleu et le bleu pastel que l'on retrouve (de moins en moins mais qui revient un peu) dans le Lauragais (ancien pays de cocagne). Ce bleu pastel apparaît dans tous les anciens bâtiments et traite les bois extérieurs et intérieurs; on lui prête en particulier des propriétés antimouche d'où son utilisation pour la peinture des volets...
-Oui il y a un rapport... par JACKY (27/02/2007 10:08:20)
GILBERT, bonjour !
Ce n'est pas FIGOLI qui vous répond, mais JACKY, dans de meilleures "conditions", plus "nuancées" (sic)que sur le Forum ;-)))
Vous pouvez tout savoir sur:
www.bleu-de-lectoure.com (pastel)
http://pourpre.com/chroma/dico.php?typ=fiche&ent=charron
www.dotapea.com/bleuschauds.htm (d'ou est extrait et citéé l'info de cet article)
www.laspar.com/produits/aerocolo/Pbleu_charron.htm
Cordialement
-achat par JACKY (27/02/2007 19:21:57)
par correspondance chez www.ocres-de-france.com
Cordialement
-le bleu : originaire de Picardie avant le sud de la France par AFMF (28/02/2007 14:50:21)
La tradition textile de la Somme et de l’Amiénois fait partie du patrimoine artisanal et industriel de Picardie. Pendant des siècles, une production végétale et un savoir-faire permirent la production d’un bleu particulier : le bleu dit « d’Amiens » qui fit la richesse de la ville mais aussi de Corbie et de Nesles, au XIIème, mais surtout au XIIIème siècle. Il est issu de la "waide" en Picard, l'isatis tinctoria en latin.
Les « waidiers » sont en partie à l’origine du financement d’une partie des travaux de constructions de la cathédrale Notre Dame d’Amiens, ils y sont d’ailleurs représentés.
La production, dont le premier débouché était le royaume d’Angleterre, a disparu de la région pendant mais surtout à la suite de la guerre de cent ans, pour se concentrer dans le sud-ouest de la France (les navires anglais pouvaient y accoster ce qui n’était plus le cas dans notre région…), avant d’être supplantée par la production de l’indigo en provenance des Indes puis par des teintures industrielles.
La production de waide a totalement disparu et il n’existait plus de pieds que dans quelques rares jardins botaniques ou dans des terrains naturels. C’est ainsi que quelques graines ont été trouvées, dont certaines dans l’ancienne citadelle d’Amiens.
L’isatis tinctoria fait partie de la variété des crucifères. Elle fit la richesse de la Picardie puis du triangle Toulouse-Carcassonne-Albi. Le semis des graines se fait en fin d’hiver et l’on récolte les premières feuilles en juin. Voici résumé la quasi totalité des connaissances culturales à disposition des agriculteurs picards lorsqu’ils firent les premiers essais de remise en culture dans les années 2003/2004. C’est à dire pas grand chose.
Il existe de nombreux textes qui évoquent l’extraction mais aucun sur la culture. C’est donc à force de réflexions et surtout grâce à leur solides connaissances techniques dans d’autres cultures qu’ils purent conduirent leurs premières cultures.
Aujourd'hui, la culture est maîtrisée et donne des résultats très positifs. Une méthode d'extraction mise au point par le laboratoire du Centre de Valorisation des Glucides (cvg) d'Amiens permet d'obtenir un produit colorant d'une rare qualité.
Anne et Jean-françois Mortier, agriculteurs à Méharicout dans la Somme produisent avec un groupe d'amis agriculteurs des plantes tinctoriales. Ils ouvrent leur exploitation à la visite et possède un magasin dans lequel ils proposent une découverte de la teinture végétale ainsi que la vente de produits dont de la peinture et en particulier du bleu charron...
Une visite s'impose !
vous pouvez consulter le site internet de l'exploitation
www.latelierdescouleurs.com
Alain Bahuchet
Chambre Régionale d'agriculture de Picardie pour l'association "Les couleurs de Picardie"
-je ne savais pas... par Gilbert (28/02/2007 15:22:12)
Amiens - Corbie - Nesles : je suis originaire de ce triangle et maintenant je vis depuis xx années dans le triangle Toulouse - Albi - Carcassonne.
Rassurez vous je ne suis pas tout bleu... ;oD