Article proposé par Ipod, paru le 31/01/2007 12:42:19
Rubrique : Coup de coeur, lu 1011 fois. 6 commentaires
Partager

Peut on raisonnablement les laisser faire ?


  Chaque année au printemps, il n’est pas rare pour celui qui aime à se promener le long des terrains de concours d’attelage, de découvrir les jeux amoureux auxquels se livrent meneurs et juges pour se séduire.

Sûre de son pouvoir, la juge se pare se son plus beau chapeau et de son règlement pour mieux inspirer les meneurs.

La juge est par essence, peu enclin à se laisser séduire par le premier meneur venu. Aussi chaque année, elle impose à ses prétendants de nouvelles règles. Frivole au delà du raisonnable mais terriblement exigeante, elle s’attache à changer de champion à chaque saison et parfois même à chacune de ses sorties.
Ce comportement irresponsable entraîne des combats sans pitié auxquels les meneurs devront se livrer.
Pour plaire à sa juge et bourreau, le meneur revêt ses plus beaux habits. La juge étant très sollicitée, le meneur déroule devant elle sa plus belle danse et cherche à briller à ses yeux. Il gonfle le torse, allonge le pas, tourne et retourne devant elle, s’arrête, recule quant il le peut, et reprend sa course.
Le meilleur des meneurs arrive à rester arrêté pendant quelques instants pour solliciter un regard.
Il lui distribue alors ses plus beaux sourires crispés qu’elle finit par lui rendre pour le rendre plus attentionné encore.
Ne se sentant plus de joie, le meneur ouvre trop tôt un large cercle et tente une dernière gesticulation avant de disparaître dans le fond du classement.

Celle-ci, bien que captivée par ce spectacle, affecte l’indifférence et d’un geste las du chef, renvoie le meneur à ses notes.
Le meneur, très orgueilleux par nature, souhaite alors à lui montrer sa force et son courage et n’hésite pas à prendre le maximum de risques lors du parcours d’obstacles que la délicate lui a dessiné.
De nombreux meneurs malhabiles rencontrent des obstacles dont ils ne se remettent pas.

Dans un dernier sursaut d’orgueil, le meneur lui montre son habileté en naviguant au hasard entre des pièges qu’elle lui a dressés pendant la nuit. Rares sont les meneurs qui sortent indemnes d’une telle difficulté.

Puis, après avoir fait patienter pendant de longues heures ses meneurs fatigués, elle vient remettre au vainqueur de son choix le baiser tant mérité. Souriant et flatté, le vainqueur pardonne alors à ses concurrents désabusés en leur prodiguant des conseils d’ennemi.
Les autres meneurs non sélectionnés jurent mais un peu tard qu’on ne les y reprendrait plus.

Et pourtant…

PS : Ce texte aurait pu être inversé. Ainsi « le » meneur pourrait aisément transformer en « la meneuse » et « la » juge en « le » juge, mais chacun sait qu’il suffit à la meneuse d’utiliser son plus beau sourire pour déstabiliser le juge. Celui ci devient alors victime de son comportement et perd alors tout bon sens critique…

  Commentaires
- par JUJU (31/01/2007 14:02:26)
Extra !
Il arrive des choses encore plus étonnantes... Du temps où je sortais en dressage, au siècle dernier, j'ai effectué en C un beau, mais alors un très beau changement de pied en l'air, qui n'était pas au programmme de la reprise... Moi je faisais la gueule, mais j'ai reçu du président un sousire appréciateur et...moqueur ! J'ai été me cacher.
- par JACKY (31/01/2007 16:37:29)
Je ne peux m'empecher de faire un (certain) parrallele entre le travail des juges en attelage (et dressage) avec le patinage... je ne pense pas être le seul, surtout avec les championnats d'Europe qui viennent de se derouler et ou la France a brillé(sic) et les championnats du monde dans peu de temps.
Le patinage est le second sport apprécié des telespectateurs. Pourquoi ?
Est-ce que les tenues de plus en plus "sexy" n'y seraient pas pour quelque chose ??? Il faut dire -je le confesse et le revendique- que ces patineuses sont bien agréables a regarder (et vous amies meneuses, est-ce pareil pour les patineurs ???).
Conclusion ( ? ;-) : A quand de telles tenues en attelage ???? On aura peut etre alors la télé !!!
P.S.: plaisanterie of course
Cordialement
-'même pas en rêve' ! par Gilbert (31/01/2007 17:29:42)
je me souviens d'avoir été invité un jour à assister un juge d'un concours de tradition de la région (rassurez vous, je n'y connais rien et je me suis bien gardé d'intervenir pour faire autre chose que faire la circulation pour les présentations...). Mais j'avais été très frappé du leitmotiv du Président du jury qui n'a pas décoléré de la journée parce qu'une brave concurrente s'était présentée bras nus jusque sous les coudes (donc avant-bras partiellement nus...je crois bien qu'elle avait des gants).
(Non, je n'ai pas dit que je trouvais ça suranné... je suis un fana du règlement !)
-eh beh... par Laurent71 (01/02/2007 14:00:43)
Bah dis donc! moi qui veux débuter en concours, j'ai plu quà sortir mon plus beau sourire et me "promener" sur le carré de dressage et c'est dans la poche alors!!!
-essai donc et tu veras le resultat par Camargue84 (03/02/2007 19:37:48)
D'abord pour sourire au dréssage d'un premier complet il faut une sacré dose d'assurance ! c'est vrai que cela rend la prestation plus gracieuse ; si l'entrainement à été bien préparé cela aide aussi ; mai il ne faut pas croire que l'on peu facilement les séduire si la prèstation n'est pas correcte ; je l'ai appris à mes dépens
car une saison dernier à tous les concours ; un seconde avec tout juste quelques progrés ; la troisieme
dans le milieu du tableau pour enfin faire un premier au dréssage et se faire éliminer à la mania c'est trop couillon mais c"est le passage obligé des concours .Alors mème si tu as une belle gueule ne compte que sur ton travail et la patience de parcourir le plus de concours possible et un conseil accepte l'echec , c'est en se tapant sur les doigts que l'on apprend à planter les clous . Il n'y a surtout pas de désonneur à étre le dernier
de ceux qui font l'élite de notre sport , c'est un peu prétencieux mais c'est normal pour un méridional.
Bon courrage et peut étre à un de ces jous sur un concours salut !
- par JUJU (03/02/2007 20:25:37)
Un premier prix pour la philosophie et la modestie.
Julie