Article proposé par JeanClaudeGrognet, paru le 30/01/2024 09:48:05
Rubrique : Coup de coeur, lu 276 fois. Un commentaire
Partager

La Musique va bien aux chevaux


 

          Vendredi dernier, le site Grand Prix relatait la victoire  de Félicitas Hendricks dans le CDI 4* de Wellington, le Grand Prix Reprise libre.

          Ce qui m'intéresse, ce sont les propos de la cavalière:  “Je veux que ma musique pousse les gens à m’applaudir pendant ma reprise. Je souhaite qu’il y ait une ambiance, que ce soit la fête – je suis très heureuse que l’on soit arrivée à créer cette atmosphère. Même si nous nous sommes mal compris quelquefois, nous avons connu beaucoup de temps forts durant notre reprise.” 

          Oui, mille fois oui, de la musique, encore de la musique, donnons de la gaité et l'envie aux spectateurs de venir voir les attelages sur les carrés de dressage! La musique peut aussi avoir des vertus sur le cheval, comme sur les cavaliers et les meneurs.

          L'ouverture des reprises en musique est simple de mise en œuvre, il suffit de le vouloir dans le règlement et d'en donner la possibilité aux concurrents.

          Je dis bien PROPOSER et pas OBLIGER. Pas de note supplémentaire ou artistique pour les juges, pas nécessairement de musiques spécialement composées pour la reprise (attention tout de même à la SACEM),  mais comme le dit Félicitas Hendricks ajoutons de la couleur à nos reprises avec de la musique.

          Mais ce n'est que mon avis !

               JCG/attelage.org

 

          ndlr :  Quelle musique libre de droit  ?

          Il existe plusieurs moyens pour une association ou un commerce de diffuser des œuvres musicales. La première consiste à jouer de la musique appartenant au domaine public. C'est-à-dire des œuvres issues d'auteurs décédés depuis plus de 70 ans.

 

 

 


  Commentaires
-Belle idée ! par JUJU (30/01/2024 14:38:45)
Je me souviens d'un championnat de France de dressage à Fontainebleau, où Dominique Flament avait fait danser son cheval sur une chanson d'amour célèbre... il avait dédié ce travail en musique à sa femme, et il avait gagné !
Joli, non ?