Article proposé par JeanClaudeGrognet, paru le 14/04/2020 15:32:17
Rubrique : Coup de coeur, lu 1343 fois. 2 commentaires
Partager

Mon cheval me manque !


 

          De  l'attelage au Dressage, une histoire à l'envers !

          Un mois de confinement, et encore au mieux un autre mois à tirer avant de retourner quotidiennement aux écuries comme je le fais depuis toujours.

          Je vais vous raconter une petite histoire, qui finalement n'intéresse que moi, sans doute par fierté et orgueil, mais à ce stade de ma vie je m'en moque! Et puis tellement d'histoires d'équitations minables et de comportement nombrilistes se déversent sur les réseaux sociaux, que vous pouvez en lire un de plus... sans être obligé de ponctuer mes exploits par un "like" comme disent les jeunes.

          C'est donc la petite histoire de M, le seul cheval qui me reste aujourd'hui. J'en ai vu passer pas mal: les haflingers, les polonais, les lipizzans, les allemands et hollandais... M est allemand, plus exactement hanovrien.

          Je l'ai acheté pour l'attelage en Allemagne, chez un petit éleveur passionné, le cheval avait 5 ans. Je lui ai trouvé beaucoup d'énergie,  une belle locomotion, un bon pas surtout et un  galop et un trot suffisamment amples aussi. Le cheval était gentil, prendre ses pieds et  sa queue ça ne l'inquiétait pas. C'est 2 semaines plus tard que l'échange de propriétaire s'est fait, sur une aire d'autoroute quelque part en Belgique ...

          A l'époque où j'ai acheté M, je n'étais déjà plus moi même en compétition depuis quelques temps. Gilles Arriat a débourré M à l'attelage  et c'est Renaud Vink qui a sorti le cheval en paire,  et moi j'ai mis 18 mois à ce que le cheval sorte de l'écurie au pas... à force de patience et de zénitude on arrive au bout de ses peines! Avec Renaud, sortie après sortie de la maison, on voyait le temps de trotting diminuer. On profitait des rencontres inopinées pour s'arrêter, taper la discute avec untel ... rien de mieux pour calmer un cheval que les voix des hommes qui s'échangent des amabilités. Passons aussi  sur les sueurs froides et les chutes  des cavaliers et cavalières qui ont participé à son éducation dans ses débuts...   Merci rétrospectivement à eux !

M à droite dans l'attelage  

          C'est ensuite avec Fabrice Martin que le cheval poursuit une carrière d'attelage, cette fois en volée dans l'attelage à 4. L'aventure se terminera 1 an avant les JEM de 2014 à Caen. M présente une difficulté  assez commune à beaucoup de chevaux, une obstination à ne pas vouloir tendre son dos et à ne pas supporter longtemps la rondeur recherchée depuis ses débuts à l'attelage...

 

M en volée à gauche sur le dressage, à droite sur la maniabilité

          C'est finalement l'arrêt de l'attelage, le travail monté, le travail aux longues rênes,  et la discipline du Dressage qui me donneront la solution ... 

          Le Dressage j'aime bien, et j'y lance M après avoir revendu matériel d'attelage et chevaux. J'ai gardé quelques temps une voiture pour sortir attelé de temps en temps, mais il ne faut pas courir 2 lièvres à la fois. Monter les marche d'une nouvelle discipline doit se faire  avec méthode. C'est d'abord une jeune cavalière, V qui va sortir le cheval dans des épreuves Club avec succès. On avance mais je déménage pour retourner dans ma région de cœur, la région de Senlis/Chantilly.

          Nouvelle cavalière avec C, une juge de Dressage. Le cheval progresse un peu, mais la technique est insuffisante et d'une autre époque, on figure néanmoins correctement  dans quelques épreuves pour amateur. Le dos, toujours le dos, n'est pas inscrit dans la bonne attitude du cheval...

          Nouveau cavalier avec G, mais lui aussi manque de technique... pas facile de trouver la vraie compétence ... j'apprends aussi et j'intègre de plus en plus le milieu du Dressage et ses codes.

          Nouvelle cavalière, J. C'est une cavalière de Dressage, une pro, c'est elle qui va trouver les premières  clés et faire notablement progresser M qui à maintenant 17 ans. Il est en pleine forme, toujours aussi dynamique et pas de problème de santé. J'observe et j'apprends aussi. Je suis de toutes les séances de travail, les progrès se jugent au millimètre de leçon en leçon, c'est passionnant! attelage ou Dressage les principes sont les mêmes ... Les stages avec Ludovic Henri apportent un plus à la cavalière et au cheval... j'ouvre toujours les yeux et les oreilles. C'est fou comme les Dresseurs voient mille et mille choses qui échappent aux meneurs .  C'est maintenant évident, avant tout, il faut travailler sous la selle pour installer les bases d'une bonne mécanique et de la force après le débourrage du cheval d'attelage avant de penser à la compétition. Mais ce travail sous la selle ne doit se faire qu'avec beaucoup de connaissances et une très bonne technique, du travail de professionnel, en réalité, le G7 ne suffit pas.

travail de base, premières épaules, premiers appuyers, premiers changements de pieds, premières pirouettes, premiers concours pro ...

          Tout a une fin, même les bonnes choses. J  n'a pas le temps pour sortir M en concours et s'inquiète pour son âge avancé. Le Dressage à ce niveau commence à être du contorsionnisme, c'est vrai. On abordait en ces temps là rassembler, piaffer et passage, c'est dur...

          Mais M. n'a aucun problème de santé, pas d'arthrose, la locomotion est bonne alors ... en accord avec le véto il faut continuer le travail pour la santé du cheval et son moral, bien entendu avec beaucoup de soins et d'attention pour ne pas aller trop loin...

          Alors Je cherche un jeune cavalier ou cavalière de bon niveau, passionné(e) avant tout de Dressage et ayant une bonne technique ...   et je trouve, pas très loin de là,  et M. change d'écurie...

          La nouvelle cavalière c'est AL, elle a 14 ans et des jambes longues  comme  celles d'une hollandaise ou d'une allemande. C'est sa mère, cavalière de Dressage qui l'a formée. Sa technique encore perfectible bien sûr est déjà très avancée, et lui permet d'accomplir tous les mouvements des reprises du niveau Pro. Reste d'une bonne pilote à en faire une Dresseuse. M  est parfait pour ça, il a encore des choses à apprendre.

          A ce niveau, les chevaux de Dressage doivent avoir acquis un bon équilibre, et on s'attelle à la tache malgré les 19 ans de M. Aujourd'hui il a 20 ans, on en est là, grâce à la complicité d'Odile van Doorn qui nous conseille, la fameuse voix du Dressage d'Equidia.  Chaque leçon c'est du caviar, alors on déguste ces moments là, cherchant à ne rien oublier de retour aux écuries. On discute, on se repasse le film avec toujours une grande coopération de M, et un œil toujours plus critique !

 

Aujourd'hui on se confine. M est privé des petits calins d'AL ...

 

          Alors, en attendant des jours meilleurs, c'est la soigneuse attitrée de M qui s'occupe de son entretien. Paddock 3 h le matin, séance d'entretien musculaire l'après midi. 2020 devait être notre entrée sur la reprise du Saint Georges. Pffff ... il faut attendre et remettre doucement M dans ses acquis avant d'y songer!

 

M et M ( photos prises avant le confinement)

 

                    © JCG/attelage.org

 

  

 

 

 


  Commentaires
-Le bonheur est dans la difficulté ! par JUJU (14/04/2020 17:19:12)
J'a-dore !!!!
-L'aventure continue par JeanClaudeGrognet (15/08/2020 18:40:09)
1 er concours de l'année. Pour leur 1 er Saint Georges, (A7) le couple a obtenu au Grand national de Vierzon 2020 la note de 64,497% . Une 4 ème place , le gagnant est à 67,579 un KWPN de 11 ans.