Article proposé par PHAETON, paru le 03/11/2018 07:40:05
Rubrique : Reportages, lu 370 fois. Pas de commentaires
Partager

PARA-ATTELAGE, l'expérience bretonne


 

            

 

 

L'expérience bretonne du para-attelage, Patrice Ecot, Directrice de la Délégation territoriale Bretagne de l'Ifce

L'école d'attelage du Haras national d'Hennebont a commencé, en 2016, à accueillir des personnes handicapées. Elle a investi dans une voiture « école » qui permet à une personne en fauteuil roulant de mener, son enseignant étant à coté d'elle.

 

 

 

 

          Anne Céline Blouin et Fabrice Gakière, stagiaires de l'école d'attelage et membres de la commission Equi-handi du Comité Régional d'Equitation Bretagne, ont permis de faire évoluer la voiture et d'adapter les guides à différents handicaps.

 

 

 

          Anne Céline Blouin et Fabrice Gakière étant particulièrement investis et motivés par le côté sportif de l'attelage, nous avons décidé de les accompagner sur une première saison de compétition. Suite à un échange avec Jacques Tamalet, à l'automne 2017, nous avons contacté Fanny Delaval, CTN en charge des disciplines para-équestres à la FFE. Elle nous a encouragé à mener à bien ce projet et à simplement prendre contact, une quinzaine de jours avant le concours, avec le Président du jury pour discuter des aménagements du règlement à prévoir : pour sortir en épreuve club, il n'y a pas besoin de classification du handicap.

 

          Malgré le froid du début d'année qui a limité les entraînements, les annulations successives, au printemps, de concours en Bretagne à cause de la rhinopneumonie, puis des problèmes de cavalerie, nos deux meneurs ont réussi à participer à leur premier concours d'attelage à Corlay, le 8 septembre 2018. Une première très encourageante et une deuxième participation prévue dans la foulée : à Yffiniac le 20 octobre 2018. Fabrice n'a finalement pas pu s'engager, à cause de problèmes de santé, mais Anne Céline a fini 3 ème de l'épreuve Club 1 solo !

          Le para -attelage a été présenté comme "un loisir accessible à tous" et également comme "un sport accessible à tous" lors de l'équi-meeting médiation, organisé les 27 et 28 septembre 2018 à Hennebont. Fanny Delaval et Yves Decavelle étaient présents et ont été particulièrement intéressés par les démonstrations d'Anne Céline et Fabrice .

 

 

Fabrice et Anne Céline

 

 

                                     ATTELAGE DE COMPETITION ET HANDICAP : UN EXEMPLE BRETON

 

 

          Ayant eu l’honneur d’être secrétaire de juge en Para Dressage aux JEM à Caen et à l’International de Deauville, j’ai découvert un monde insoupçonné de joie et de travail, de réussite et d’efforts, de dépassement de soit. Mes activités de juge d’attelage et d’organisateur de concours m’ont amené à imaginer le para attelage au niveau de nos régions et de nos meneurs. Membre des commissions Equi-handi et attelage du CRE Bretagne, je me suis retrouvé dans les efforts de l’IFCE pour répondre aux demandes des meneurs à mobilité réduite présentées par Patrice Ecot dans la note jointe.

          Comme l’a rappelé Jacques Tamalet, si le Para-Driving est une discipline FEI elle n’est pas encore officielle en France, et comme le conseille la FFE nous avons donc choisi pour le moment d'ouvrir des épreuves CLUB 1 à ces meneurs, en compétition avec des valides.

La mise en place consiste en l’échange qui doit s’instaurer entre le concurrent handicapé et le Président de jury pour déterminer les aides dont pourra bénéficier le meneur afin que la compétition se déroule dans la plus grande sécurité et équité entre les meneurs.
Sur les 2 concours où les organisateurs se sont prêtés au jeu, j’ai été nommé Président du jury Club et ai donc eu à mettre le règlement en pratique.

          Il s’agit des deux handicaps très différents et je voudrais, à titre d’exemple présenter ici les choix que nous avons faits.

Pour Anne Cécile qui marche seule mais avec des béquilles mais avec une assez grande difficulté, elle a été autorisée à reconnaître la maniabilité combinée en quad, avec son groom (qui est aussi son coach). Pour le reste tant en dressage qu’en mania aucune autre particularité. Je dois ajouter que cette reconnaissance particulière a été expliquée aux autres meneurs qui l’ont admise  et même accueillie avec une certaine fierté.

 

          Pour Fabrice, grand tétraplégique en fauteuil, les adaptations sont plus importantes : reconnaissance en fauteuil électrique, fauteuil fixé sur une voiture de marathon normale, guides aves des poignées fixées à des gant spéciaux, et équipées de boutons pressions afin de désolidariser les mains de la bouche  du cheval en cas d’arrachement des guides. Ce qui implique évidemment des doubles guides entre les mains du groom ;  une ceinture style marathon pour le tenir sur son siège en cas de chute en avant sans fixation et tenue par le groom, l’absence de frein à pied et la non-obligation du fouet qu’il ne peut tenir.

 

          Pour les deux meneurs ces premiers concours se sont bien déroulés et ils se sont classés à chaque fois au milieu des valides avec lesquels ils ont partagé des remises des prix joyeuses et pleines d’émotions.
Nous envisageons tous ensemble la saison prochaine pour nous retrouver dès le printemps, et avant si des stages voient le jour, pour aller vers le Para-Attelage dans les années à venir.

          Yves TAZE

          Juge National Elite





  Commentaires