Article proposé par JeanClaudeGrognet, paru le 27/03/2017 21:26:51
Rubrique : Reportages, lu 875 fois. 7 commentaires
Partager

BOIS de LIHUS, mon petit mot


 

 

Trois bonnes initiatives au concours du bois de Lihus ce week end: 

1) un temps printanier et du soleil, qui nous fait oublier le froid sibérien de l'année dernière. Certes les organisateurs n'y peuvent rien, c'est donc sans

objet. Non, parlons plutôt de cette nouvelle carrière, très roulante faite de machefer, et faite pour durer dans le temps. Si ce n'est pas une panacée,

cela donne un sol un peu dur, mais c'est toujours mieux qu'un terrain en herbe bien souvent trop inégal. 

2) le déroulement dans la matinée de 2 mêmes reprises pour les concurrents.

3) bonne initiative de l'organisateur qui a souhaité, après la première épreuve du matin, une réunion entre juges et meneurs pour décrypter les

reprises. Une petite réunion très simple et conviviale qui a porté ses fruits. Lors du second passage des concurrents, les reprises ont été bien

meilleures.

Une question reste en suspend toutefois: "l'ouverture du cadre du cheval", qui doit être rapidement précisé pour l'avenir: 

- en effet, soit l'on considère que cette ouverture du cadre du cheval ne concerne que l'amplitude des mouvements et un très très léger allongement

(voir imperceptible) de  son corps, de son encolure et de l'ouverture de son angle tête encolure, tel que cela est défini par Alain Franqueville et ce qui

est  pratiqué dans le Dressage...

-  soit le juge d'attelage veut voir une modification nette du cadre du cheval alors compris comme un allongement de tout le corps du cheval, avec une

encolure qui se déploie franchement, et un angle tête encolure qui s'ouvre. 

C'est aux instances de répondre.

Toutefois on ne peut que remarquer que l'ouverture du cadre dans la version 2 (attelage) ne peut que produire un changement d'équilibre vers les

épaules ce qui est contraire au but recherché du dressage.

Mais ce n'est que mon avis.

 

   

 


  Commentaires
-alinéa 2 par Heliosness (27/03/2017 10:30:40)
Très bien mais cela ne peut être réalisé que pour un petit nombre d'engagés. Sur des Préparatoires comme ici, c'est concevable mais sur les concours "ordinaires", ne serait-ce pas en en corrompre le principe ? Au reste, visiblement, cela n'a pas été fait pour tous.
- les allongements : avez-vous explicité quelque part les attentes de Franqueville ?
-mon avis par JeanClaudeGrognet (27/03/2017 11:53:44)
Les concours à 2 tours peuvent se concevoir aussi sur 2 journées s'il y a plus de partants. Effectivement les concours Préparatoires avec Dressage Maniabilité sont propices à cette organisation.

Concernant A. Franqueville, j'observe que " l'attelage" en général, a fait appel à ses services dans de nombreuses occasions (FFE, SHF, Régions ...) . On peut en conclure qu'il est jugé comme une référence pour l'attelage (il l'est pour le Dressage , ex DTN et juge international), puisqu'il est redemandé.

A partir de là il suffit d' écouter ses propos et de se rapprocher de la discipline du Dressage et de ses juges pour mieux comprendre.

Si pour l'attelage comme pour le Dressage on peut dire que la finalité du travail est de rééquilibrer le cheval, tout le monde peut comprendre, que plus on met de poids vers l'avant main, tête, encolure ... plus l'avant main est chargée et moins on se place dans la direction du but recherché.

Toute la difficulté dans cette recherche de l'équilibre ou de sa conservation est de ne pas creuser le dos ... et je n'irai pas plus loin il faudrait développer, tension, impulsion, propulsion etc ...

Une question, le dressage du cheval d'attelage et particulièrement dans la catégorie solo, doit il adopter les règles du cheval de Dressage ? C'est aux instances nationales et Internationales de nous éclairer.

Dans ces rapports entre juges et concurrents il faut que chacun soit à sa place. Le juge constate, explique ce qu'il a vu et qui est en contradiction avec les attendus fondamentaux et spécifiques. Son rôle n'est pas de donner les solutions de travail, c'est le rôle des techniciens du cheval.

Mais ce n'est que mon avis.
-plus simple par Heliosness (27/03/2017 12:11:11)
Qu'attend A. Franqueville sinon que le dressage, monté comme attelé, s'éloigne le moins possible des postures naturelles du cheval ?
Ici se niche plutôt la vraie question.
Quant aux concours à 2 tours pourquoi ne pas les appeler répétition ou examen blanc. En effet, si de tels concours avaient le même statut que les autres, quelles notes seraient retenues dans la course au championnat ? Celle du 1er passage, du 2d, une moyenne des 2 ? Quelle équité pour les autres ? Cela pose beaucoup de questions.
-hum.... par JeanClaudeGrognet (27/03/2017 12:33:47)
"Posture naturelle" ne me semble pas être utile au débat.
Conservation de l'intégrité physique du cheval dans son utilisation Attelage ou Dressage me parait plus approprié.
-si par Heliosness (27/03/2017 13:05:29)
C'est justement là le débat à mener pour le respect du cheval et l'évolution de l'attelage.
Mais visiblement, comme d'habitude, à part vous et moi, cela n'intéresse personne. C'est pourtant en amont qu'il faut réfléchir au lieu d'attendre que des décisions soient prises et imposées.Si des personnes qui mènent depuis tant d'années au plus haut niveau ont encore besoin de se remettre en question, de rectifier des manières, c'est peut-être parce que ce qui est demandé n'est pas adapté.
Mais ce n'est que mon humble avis.
-oui mais ... par JeanClaudeGrognet (27/03/2017 14:56:34)
Dans un sport où le jugement est humain et subjectif, s'exprimer librement ne va pas de soi.
Qu'on le veuille ou non, il y a des dommages collatéraux pour rester pudique.
La DTN ne se prive pas pour rappeler à l'ordre les contrevenants ! Tout le monde reste donc bien rangé. On ne peut en vouloir aux lecteurs/concurrents.
C'est le rôle d'attelage.org que de soulever des questions, et c'est aussi pour cela que l'expression à travers un pseudonyme est une faculté offerte.
-liberté par Heliosness (27/03/2017 16:13:38)
Je ne vois pas en quoi réfléchir et exposer ses réflexions sur ces sujets devrait exaspérer la fédé qui doit, en théorie, se nourrir de tout ce qui fait avancer l'équitation et le cheval. Quant aux lecteurs, quand ils s'expriment ici, c'est attelage.org qui se fait insulter, pas eux, donc ils n'ont rien à redouter pour eux-mêmes.
Or, ici, les thèmes que vous soulevez et qui conduisent ma réflexion, sont fondamentaux et méritent un débat.
Quelle doit être la vocation des concours ? Evaluer les compétences de chacun à un instant donné.
Y a-t-il un besoin de clarification et d'illustration du travail à fournir ? Si oui, l'enseignement est-il partout de même niveau et partout au niveau ? D'où viennent les meneurs ? D'écoles, de centres d'enseignement ? Sont-ils autodidactes ?
Les juges ont-ils un rôle pédagogique et didactique à jouer ? Si oui, lequel ? et dans quel cadre ? Celui de simili concours ? pourquoi pas, cela me paraît la meilleure idée, mais alors fixons-en les règles et les contours. Comment le codifier, le normaliser, le rendre accessible à tous ?
etc