Article proposé par JeanClaudeGrognet, paru le 16/02/2015 17:46:38
Rubrique : Interviews, lu 4387 fois. Pas de commentaires
Partager

Portrait: Bérengère Cressent


 

             BERENGERE CRESSENT

 

         " Marathon, témérité, casse cou ", sont  des qualificatifs qui vont bien à Bérengère. C'est dans les gènes. Une marque de fabrique,  son grand père Didier, était déjà  comme cela. Une formation toute  "grand paternelle"  a  commencé le jour de sa  première compétition !

 

"Lors de mon premier concours je me suis renversée plusieurs fois sur le marathon. Peut-être était-il un mauvais groom ( rires !), mais je crois plutôt que la voiture était déstabilisée par notre différence de poids. Lors de la première chute ma mère me regardait derrière la rubalise. Je me souviens avoir couru vers elle.... Mais je n'ai eu aucun secours sauf l'ordre de remonter sur la voiture et de continuer la compétition ! »

Son grand-père tient un grand rôle dans la vie de Bérengère, tant sur le plan affectif que sur la pratique de l'équitation.

         « Les racines viennent de mon grand-père, c'est mon modèle ! J'ai toujours été un vrai pot de colle, toujours accrochée à lui"  me dit elle de nouveau dans un grand éclat de rire.

Didier, dans ses bras Bérengère 2 ans.

Bérengère de dos : "le pot de colle"  est là, regardant l'attelage de son grand père

         " J'ai  un peu monté dans des centres équestres, j'ai fait un peu de CSO, mais je me suis retrouvée baignée dans l'attelage très tôt. Il y a eu rapidement  un poney Shetland à la maison. Mon premier concours s'est déroulé à Derchigny.

        

         "Pendant un an j'ai eu le poney  mérens " Gavroche" prêté par Fabien Guillemarre qui m'a beaucoup aidé et avec lequel j'ai fait des concours club, ainsi que  le Championnat de France à Lamotte-Beuvron en 2009.

Avec Gavroche

Par la suite j'ai eu le fameux Jazz  poney landais:

Jazz et Bérengère à Saint Vaast la Hougue " Jazz c'est mon poney de cœur"

Sassy le Jajolet - allongement avec Jazz. Au fond à gauche le juge manifeste une approbation incontrôlée.

 " Depuis toujours tout est organisé autour de moi et maintenant mon frère Robin pratique également l'attelage et débute en compétition. Nous fonctionnons comme ça et nous continuerons, mon père assurant le rôle quasi permanent de coéquipier au marathon. On  pratique l'attelage en famille. En concours nous sommes toujours au complet et  lors des épreuves on se "groome" mutuellement. "

Avec Oldway du Chapel

Bérengère a été deux fois championne de Normandie en 2012 et 2013 avec Oldeway.
20 jeunes de toutes disciplines ont été sélectionnés pour représenter la Normandie.  Elle fait  partie du "Team Normandie" depuis 2014, avec Louise Georges pour représenter l'attelage.

Son frère Robin avec Voltaire

" Je suis une sentimentale et plus encore avec les chevaux. Avant la compétition il y a la complicité. Je crois que les chevaux m'ont appris à grandir. Faire les concours tout en étant très jeune ça a été une vraie école de la vie ."

 

 

A 16 ans elle devient la plus jeune Championne de France de la catégorie solo (2012) à Conty

Sur le podium avec sa grande amie Charline Lennouaille

Bérengère et Marie Hérode sa groom d'un week end

La page poney se tourne avec l'arrivée de Reybus de Goglin un cheval selle français de 10 ans acheté à Alain Decourtye. Le cheval n'a fait que 2 concours durant l'année 2014, il s'est classé premier à Étretat et à  Gruchet le Valasse. Beaucoup d'espoirs sont portés par toute la famille sur ce cheval: " nous allons prendre notre temps, j'ai beaucoup à apprendre avec lui. "

Reybus monté par Bérengère, sur les terres de Realcamp, la propriété familiale.

Reybus

Reybus

(photos Etienne Rasse)

" Le passage du poney au cheval ne se fait pas sans complications. Il y a une grande marche que j'ai encore un peu de mal à franchir. Il y a beaucoup plus de puissance à contrôler, je n'ai pas encore toutes les sensations de ce que produit Reybus. Je suis encore "dépassée" par les allures. Le cheval c'est puissance 10 par rapport au poney.

Cet hiver, le cheval est en pension chez Caroline Guillemont, il est  travaillé sous la selle et aux longues rênes. Breteuil est à une demie heure de l'université d' Amiens, je peux donc facilement le retrouver et prendre des leçons avec Caroline. 2015 sera encore une saison de compétition en catégorie amateur."

La structure de Realcamp permet de s'entrainer dans de bonnes conditions:carrière, marcheur, manège.. " il faut dire que  mon grand-père a été un cavalier de CSO avant de devenir un meneur" explique Bérengère.

 

Didier Cressent en CSO et  Champion de France à Lisieux en 2010

.

Didier Cressent et ses petits enfants Bérengère et Robin

Aujourd'hui, Bérengère a 19 ans, elle terminera l'année prochaine ses études de Génie Civil à Amiens. La voie professionnelle est toute tracée, elle sera experte immobilière pour les assurés. Elle prendra la succession de l'entreprise de son père que ce dernier a lui-même reçu de son grand-père: « cette fonction a pour but de défendre les particuliers contre les assureurs lors de sinistres, naturels ou domestiques . Un conseil,  faites des photos de votre habitation et conservez vos factures ! »  Le cheval restera pour Bérengère un loisir dans lequel la compétition conservera une grande place.


  Commentaires