Article proposé par Tonton, paru le 05/01/2006 18:11:32
Rubrique : Vétérinaire-Santé, lu 3269 fois. 5 commentaires
Partager

Les muscles du dos: pathologie et travail adapté par le Dr vétérinaire Patrick Thiriez


 

 

 

Les muscles du dos : pathologie du dos, diagnostic et travail adapté par le Dr vétérinaire Patrick Thiriez

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

         Patrick Thiriez a bien voulu nous donner son appréciation vétérinaire sur les muscles du dos, muscles mis à contribution chez le cheval de sport et plus particulièrement chez le cheval d’attelage.

 

         Nous remercions chaleureusement Patrick de nous avoir communiqué ces quelques lignes.

 

././././././././.

 

         La pathologie la plus fréquente chez le cheval d’attelage est la pathologie du dos, et pour mieux la cerner, il faut évidement  connaître et comprendre l’anatomie et la biomécanique musculaire. Il convient de la traiter quand elle se manifeste, mais aussi de la prévenir dans son travail d’équitation.

 

         Afin d’apporter un complément, je vais dans un premier temps approfondir l’aspect « explorable » des muscles précisés dans l’article, puis dans un deuxième temps donner une application pratique au travail de musculation du dos

 

I aspect diagnostic

 

         Comme signalé dans les articles une façon d’apprécier l’évolution musculaire est l’observation et la palpation directe des muscles les plus superficiels

 

         Pour relever ce qui est dis sur l’aspect inexplorable des muscles fléchisseurs de la croupe, la Palpation transrectale permet de détecter des douleurs au niveau des muscles psoas. C’est un examen (que seul un vétérinaire peut faire) important, qui parfois est la seule façon de détecter une pathologie de dos.

         L’aspect fonctionnel des muscles est aussi très important à appréhender, et donc la locomotion du cheval est très riche d’enseignement. Il faut s’attacher à observer la flexibilité thoraco-lombaire au trot, la flexion et extension lombo-sacrée au galop.

         Les descriptions de l’article permettront probablement de comprendre pourquoi un test de surfaix qui exerce une pression juste en arrière du garrot peut être révélateur d’une douleur beaucoup plus en arrière, en lombo-sacrée, par exemple.

 

 

 

II Travail du cheval et dorsalgie

 

         Le plus souvent les pathologies de dos sont dues à des lésions osseuses ou ligamentaires (conflits de processus épineux, arthropathie synoviale inter-vertébrale, spondylose, arthropathies sacro-iliaques…) Le développement des masses musculaires qui les entourent  permet de les stabiliser, et d’utiliser les chevaux malgré leur présence, les lésions sont « tolérées ». C’est une forme de kinesithérapie. On remarquera donc que le repos n’est surtout pas une solution.

 

         L’allure qui renforce la musculature dorsale  est le galop, l’allure qui applique le plus de contrainte à la colonne vertébrale sans muscler le dos est le trot. Dans cet esprit, préférable de commencer le travail au galop, après un long échauffement au pas (jusque 20 minutes)

 

         Une méthode pour muscler le dos est la suivante (la fréquence des séances dépend de chaque cas) :

         Le bon développement des muscles dorsaux nécessite pour commencer un fort engagement des postérieurs (mieux vaut un travail court et intensif que long et peu utile) qui va permettre également d’avoir un cheval en équilibre s’il est cadencé. Mais attention, pour travailler ce type de musculature, il faut accorder au cheval d’étendre son encolure (dite en extension cf article sur fléchisseurs et abaisseurs de l’encolure, ouverture de l’angle tête –encolure et abaissement modéré de l’encolure).

 

         En effectuant cela sur des grandes courbes, on travaille bien dans le sens longitudinal, il ne faut pas faire de trop petits cercle, et on obtient la cession plus facilement tout de même qu’en ligne droite. Toujours commencer à la main ou le cheval fonctionne le mieux pour obtenir la coopération du cheval, sans créer de contracture inverse à ce que l’on souhaite

 

         Cette attitude est particulièrement difficile à obtenir en attelage à un, il est préférable d’effectuer ce travail en longe ou monté. Un enrênement peut être nécessaire pour obtenir l’attitude demandée, surtout sur le chevaux naturellement creux. Un Pessoa est un enrênement assez bien conçu pour cela, mais en équitation, chaque situation nécessite une technique adaptée, il n’y a pas de méthode unique et miracle. Le réglage de l’enrênement est tout un art, il faut se faire aidé par une personne compétente en la matière.

 

 

         En conclusion, l’intérêt de tout ceci, c’est que souvent en cas de dorsalgie nécessitant un traitement quelqu’il soit (on pourra en parler ultérieurement), la réussite des soins n’est envisageable qu’associé à un travail de musculation, qui est primordial. Et d’où l’intérêt de cet  article sur les muscles.

 

                                                       

                                               Patrick Thiriez, vétérinaire fédéral attelage


  Commentaires
- par Weltmeyer (07/01/2006 12:33:27)
Voilà des propos qui me réconforte et apprécie qu'une personne plaide pour le travail au galop après un long travil au pas , car j'ai toujours dit que le trot n'était pas l'allure d'entraînement et de muscultation .

Mais cela va contrarier ces meneurs qui ne savent que "mener" , puisque là , on se rend compte que la discipline de l'attelage est une discipline équestre avec ces exigences , cad savoir monter à cheval et dresser son cheval en basse école ( et pour l'international début de haute école ) et l'entraîner .

Les meneurs disent souvent que leurs chevaux ont mal au dos , ou se retiennent , mais ont-ils chercher à se remettre en cause à titre personnel et à reconsidére leur méthode d'entraînement ?

Dans une patûre , observez un cheval , il marche , galope souvent et trotte que très rarement , car il ne faut pas oublier que le cheval est une proie dans lemilieu naturel .

Meneurs , devenez svp des cavaliers dignes de ce nom , sinon restez dan le sport détente et arrêtez la comptétition !

Et mesdames et messieurs les juges , ( pour certains ) apprenez à monter à cheval un minimum pour connaître la locomotion du cheval , et appréhender "le sentiment " de l'homme de cheval .
-Et bien ... par Fred91 (09/01/2006 14:31:22)
... comme vous y aller.
Je susi assez d'accord avec vous, il faut connaitre les chevaux.
Personnellement, je fais du concours, de la compétition, mais je ne suis pas cavalier (j'ai une peur bleue sur un cheval). Par contre, je travaille énormément mon cheval, me suis renseigné sur le fonctionnement du cheval, le fais monter par de vrais cavalier,s qui, effectivement, ont fait un vria travail monté qui m'a permis d'évoluer au niveau de l'attelage !!!!
Je nuancerai juste en disant qu'on est pas obligé d'être cavalier, mais qu'il faut s'entourer, et vraiment savoir ce qu'est un cheval, ou poney, comment il fonctionne, bref, connaître un minimum d'hippologie !!!
Quand aux juges, effectivement, certains devraient un peu plus apprendre ce qu'est un cheval, comment il se déplace, et les allures avant de se permettre de juger les autres !!!
- par Weltmeyer (09/01/2006 21:04:38)
Je reconnais que mes propos sont peu nuancés , mais ce milieu a besoin d'un grand coup de nettoyage ( voir au karcher !!! ) car il y a des us et coutumes qui font que le milieu est le Milieu . il est à bout de souffle !!!!!

certes , certaines personnes ont peur de l'animal monté et se tournent vers la discipline de l'attelage ; mais certes , dans le cas de la compétition , il est important de s'entourer - au même titre - qu'un club de L1 a un staff technique , un staff médical ......., car l'on ne peut pas tout faire tout seul, et celui qui dit qu'il peut tout gérer tout seul , sans déléguer , ou fait croire qu'il est prêt à déléguer et contrôle tout derrière est une personne qui va à l'echec .
Aux USA , il y a une expression qui dit : " the right man in the place " ; cela doit être médité .....
-décidément.... par Tonton (09/01/2006 21:15:27)
....on est d'accord sur beaucoup de chose même pour les nuances !
-Tes qui toi ???? par Gpa (09/01/2006 21:23:19)
Welmeyer , t'es qui pour subitement avoir un avis sur tout , tout à apprendre à tout le monde ; le nouvel entraineur ? un vieux meneur ayant fait ses preuves ? un cavalier olympique ? Même si tes remarques sont parfois justes , tu as l'air aigri ; c'est dommage !!!