Article proposé par JeanClaudeGrognet, paru le 14/02/2013 08:51:07
Rubrique : Les références > Dressage : technique, lu 1673 fois. 7 commentaires
Partager

Les Cahiers d'attelage.org: le poids des mots


 

 

"Mener le Dressage à son terme, c'est gagner le complet accord d'un cheval pour l'action voulue."

Jean Saint Fort Paillard

 

         " A quelque niveau qu'elles se situent, et même, sinon surtout, au plus élevé, les discussions équestres sont généralement interminables, tournent le plus souvent en querelles de sourds, et restent donc presque toujours sans issue ni conclusion. Chacun sait cela et peut en sourire en n'y voyant qu'un travers dont les cavaliers n'auraient nullement l'exclusivité. Voyez plutôt les chasseurs, les bridgeurs, les golfeurs, etc.

 

         Cependant, en y regardant de plus près, l'analogie entre ces parlottes de spécialistes passionnés est plus apparente que réelle. Leur principale similitude réside en effet dans la passion que les interlocuteurs y mettent. Mais celles des chasseurs, bridgeurs, etc. sont alimentées par une infinie diversité de cas particuliers qui constituent une matière inépuisable de commentaires à base de «si» et de «mais». Elles ne tendent guère à dégénérer en querelles d'idées générales ou de conceptions.

 

         Il n'en est pas de même pour les cavaliers dont les discussions, partant aussi le plus souvent de cas particuliers bien concrets, tournent si facilement en querelles «doctrinaires». C'est alors aux politiciens ou du moins à certains politiciens, qu'ils font penser, plus qu'à aucune autre    caté­gorie de discuteurs, les uns et les autres ayant ceci en commun que leurs efforts pour se comprendre ou se convaincre se heurtent à l'imprécision ou à l'impro­priété du vocabulaire qu'ils emploient

         Ne peut-on se demander en effet si, toute proportion gardée, les mots impulsion, équilibre, ou légèreté ne sont pas aussi chargés de malentendus que ceux de liberté, socialisme ou démocratie ?

         Mais, grâce au ciel, l'équitation pose tout de même des problèmes plus simples, plus limités, et en tout cas plus concrets que la politique...

         Si la façon de discuter des cavaliers ne reflétait qu'un travers, ce ne serait pas bien grave. Ce qui est grave, c'est l'étonnante confusion d'esprit dont elle découle et qu'elle manifeste.

         Car la confusion des mots ne peut être, selon les cas, que la cause ou l'effet de la confusion de la pensée... et, naturellement, la confusion de la pensée ne peut correspondre ou conduire qu'à des actions, à une pratique, également confuses.

         Alors, en bonne logique, tout effort visant à rationnaliser, et par là même à améliorer la pratique, passe nécessairement par un effort de clarification et de simplification de la pensée (on serait même tenté de parler de démystification, car il semble bien s'agir souvent de cela...), effort qui doit donc porter d'abord sur le langage, c'est-à-dire sur les mots-clés qui expriment les différents éléments du pro­blème de l'équitation et qui sont donc indispensables pour en formuler l'énoncé.

        Tout le monde apprend à l'école qu'il convient de s'appliquer à bien comprendre l'énoncé d'un problème avant de chercher à le résoudre.

        Mais dans les écoles que sont ou que devraient être les manèges, se soucie-t-on assez de cela ? Et, pour aider leurs élèves à résoudre le problème de l'équitation, les professeurs s'attachent-ils assez à le leur énoncer clairement et à leur en faire comprendre les données ?   Certainement pas.

 

         Alors, faute d'une conception précise et d'une compréhension profonde des buts à atteindre, des moyens à employer et des difficultés à surmonter, il est bien évident que l'intelligence ne peut ni guider ni contrôler l'action, et elle cède alors la place au seul instinct, avec tous les risques que cela comporte.

         On ne peut pourtant pas contester que ce qui est fait avec intelligence ait toute chance de l'être mieux, dans quelque domaine que ce soit, sauf peut-être dans celui de l'art pur. Mais l'équitation même pratiquée de façon artistique, ne peut en aucune façon être assimilée à un art pur, et elle n'échappe donc pas à cette règle.

        Cela ne veut pas dire que certains ne puissent pas s'en émanciper : il y a tou­jours eu et il y aura toujours des cavaliers exceptionnellement «doués», c'est-à-dire ayant un «instinct du cheval» si développé et si bien adapté qu'il constitue une véritable «intelligence instinctive» de l'équitation, capable de suppléer à l'intelligence tout court. Bien entendu, il n'est pas question, ce disant, de mettre en cause la qualité de leur intelligence, ni encore moins d'en contester l'existence. Il s'agit seulement de constater que, dès qu'ils sont à cheval, ils ne s'en servent pas parce qu'ils n'en éprouvent pas le besoin, totalement confiants qu'ils sont dans leur intuition, leur sentiment, leur tact, leurs réflexes, tous dons instinctifs qui, développés par la pratique, suffisent à les guider dans l'action.

         Il n'y a pas lieu de s'étonner que ceux-là, quand on leur demande explications ou conseils, aient recours le plus souvent à un langage imagé mais rarement précis et rigoureux.   C'est   bien  normal puisqu'ils cherchent à exprimer des sensations sans avoir éprouvé le besoin de les analyser et de les comprendre.

         Et c'est ainsi que le langage équestre, encombré de locutions plus ou moins sibyllines, est trop souvent d'une compli­cation et d'une obscurité injustifiables pour un sport qui, infiniment complexe sans doute dans la pratique, n'en reste pas moins simple dans ses principes. Et cela est d'autant plus préjudiciable au progrès que, véhicule indispensable de la trans­mission du savoir, le langage employé conditionne pour une très grande part la valeur d'un enseignement.

         Bien entendu, l'équitation a besoin, comme toute «technique», d'un vocabu­laire qui lui soit adapté, c'est-à-dire qui exprime pour les spécialistes ou simple­ment pour les initiés, des notions qui lui sont propres et qui, du même fait, lui sont essentielles.

         Ces mots, consacrés par la tradition et par l'usage, constituent les clés de la compréhension et du savoir. Il est donc de la plus haute importance que leur sens soit clairement établi. Une des plus grandes faiblesses de l'instruction équestre passée et présente ne vient-elle pas précisément de ce que certains des plus importants aient été ou soient employés sans avoir été complètement expliqués à ceux qui les entendent, et trop souvent hélas sans avoir été complètement compris par ceux qui les prononcent ?

         Et ces quelques réflexions ne conduisent-elles pas à comprendre pourquoi, de tout temps, les progrès de l'art équestre ont été si lents et restent si fragiles et si incertains...

        C'est que la plupart des grands écuyers de jadis ou de naguère, comme des grands champions d'aujourd'hui, ont fait ou font partie de ces êtres exceptionnels dont la réussite relève surtout, sinon parfois exclusivement du talent inspirant une pratique plus ou moins empirique, plutôt que de la science guidant un travail raisonné. Si éclatante qu'ait pu ou que puisse être la valeur de leur équitation personnelle, ils n'ont pas, le plus souvent fait faire beaucoup de progrès à l'équitation en général, c'est-à-dire à la qualité de l'équitation  pratiquée par les autres.

         C'est  que la science est transmissible, mais le talent ne l'est pas.

         Exécutants prestigieux, ils ont été ou sont des exemples, mais bien rarement des Maîtres, si toutefois on désigne par ce mot non pas seulement ceux qui font preuve d'un art supérieur, mais ceux qui ont la capacité et le talent d'enseigner leur art.

Instruire c'est convaincre

         Le Général L'Hotte a écrit fort justement que la transmission de l'art équestre rencontre un obstacle particulier dans « la difficulté qu'éprouve le maître à amener la conviction chez l'élève.»

(* ndlr 1)

         Mais combien y-a-t-il de maîtres qui s'appliquent à la surmonter, cette difficul­té ? Et combien y-en-a-t-il eu dans tout le passé de l'équitation ?

         L'instruction équestre ne s'est-elle pas toujours limitée, sauf bien rares exceptions, à affirmer, en appuyant plus ou moins éloquemment les affirmations par des démonstrations plus ou moins réussies ? Mais cette «pédagogie» a bien peu de chance d'emporter la conviction, puisque l'élève qui s'efforce seulement l'imiter, c'est-à-dire de répéter aussi exactement que possible ce qu'on lui a dit de faire et la façon dont on lui a montré qu'il fallait le faire, n'obtient évidemment pas les mêmes résultats que le maître.

         Convaincre, c'est amener quelqu'un par le raisonnement, à admettre la vérité de ce que l'on affirme. Ne peut donc convaincre que celui qui s'adresse à la raison de son interlocuteur ou de son élève. Une conviction personnelle seulement établie par les voies de l'empirisme et de l'instinct ne peut donc pas être transmise, sinon, au mieux, sous forme de «convic­tion reçue», sorte de foi du charbonnier sans profondeur ni intelligence, qui peut sans doute protéger de certaines erreurs en maintenant dans l'observance de certains «commandements», mais qui ne peut sûrement pas ouvrir la voie à une recherche personnelle et fructueuse du mieux, ni, par conséquent, favoriser la manifestation et l'épanouissement des personnalités, des valeurs, donc des élites.

        En revanche, une conviction profondé­ment raisonnée et comprise peut être transmise valablement et d'autant plus efficacement que, devenant pour ceux qui la partagent une foi éclairée, elle pourra les guider dans leur recherche du progrès jusqu'à la limite de leurs moyens.

         Bien entendu, une telle conviction pourra être d'autant plus facilement transmise qu'elle sera clairement exprimée avec un vocabulaire précis et simple. Ce qui nous ramène à la question du langage équestre.

         Les mots-clés qui expriment les notions essentielles à la claire conception des pro­blèmes de l'équitation ne sont pas telle­ment nombreux.

        Les trois mots du Général L'Hotte «calme, en avant, droit»  sont restés fameux, et, pour lui, ils répondaient sans doute à toutes les «questions équestres». Mais, pour le commun des mortels, et aussi pour l'équitation qui est pratiquée aujourd'hui, il semble nécessaire d'en ajouter quelques autres.

        Le lecteur va donc être convié à étudier les mots exprimant les notions indispen­sables pour pouvoir monter à cheval en sachant ce que l'on fait... et aussi pour pouvoir en parler en sachant ce que l'on dit. (* ndlr 2)

        Est-il besoin de dire qu'il n'y aura pas place dans ces études pour de quelconques querelles d'école ou de doctrine, pour la raison majeure que ces querelles, d'ailleurs largement périmées, semblent bien n'avoir jamais eu pour résultat que d'embrouiller inextricablement les questions les plus simples.

         Il n'y aura place (du moins sera-ce mon ambition) que pour le bon sens, parce que, dans un tel domaine, seul le bon sens, c'est-à-dire la simple raison, peut convaincre."

 

Extraits et introduction à  " L'Equitation " par Jean Saint Fort Paillard  Edt Chiron 1975

 

(* ndlr 1): ne trouve-t-on pas  en partie là,  l'explication du fait,  que cavaliers et meneurs ont une forte propension à changer souvent d'instructeur, de coach ou d'entraineur ?

(* ndlr 2 ) L'auteur définit magistralement  " l'équilibre, l'engagement, la tension, l'appui et le soutien la légèreté " d'une manière très personnelle, hors des convenances.   

 

Jean Saint Fort Paillard, écuyer du Cadre Noir, chroniqueur équestre à L'Eperon, a pratiqué le CCE, les Courses d'obstacles, le CSO, le Polo, et le Dressage (Trois participations au J.O dont une Médaille d'Or par équipe au J.O de 1948 en Dressage).

 

élève au travail

 


  Commentaires
-convaincre meneurs et chevaux par Sutansalsa (14/02/2013 20:43:22)
Si instruire c 'est convaincre, dresser c'est aussi convaincre le cheval d'obéir plutôt que l'obliger, non?
-oui mais le mot ... par JeanClaudeGrognet (15/02/2013 08:13:37)
"Convaincre" est il le MOT bien approprié ? convaincre c'est faire appel à la raison, au raisonnement, à l'évaluation à la comparaison de choix ... toutes choses dont le cheval est incapable. L'intelligence du cheval est autre.
Le bon dresseur n'est il pas celui qui "parle cheval" parce qu'il en connait parfaitement la psychologie , et est capable de saisir et d'utiliser les émotions du cheval pour lui communiquer avec le plus d'efficacité possible ce que l'on cherche à obtenir de lui. Cette démarche conduit à faire un cheval dressé et coopératif parce qu'il est confiant envers son dresseur.
Le dressage n'est pas le sport des "rouleurs de mécanique" ! c'est sans doute l'une des raisons pour laquelle la gente féminine est plus habile que les messieurs dans ce domaine.
-cheval convaincu ou convaincre le cheval?.. par Sutansalsa (15/02/2013 21:05:18)
Le cheval est-il convaincu qu'il est préférable pour lui d'obéir aux demandes les plus infimes de son dresseur que de se retrouver dans l'inconfort d'une désobéissance avec la punition probable qui peut suivre ? sans doute!
Ok pour l'habileté de la gente féminine, toutefois, les Beudant, Saint Phalle, Fillis, ont été des exécutants hors pair et nous ont laissé des écrits qui nous donnent toujours à réfléchir. Les écrits des écuyères ne sont pas légion, mais laissons leur le temps, l'équitation se décline
-cheval convaincu ou convaincre le cheval ? par Sutansalsa (15/02/2013 21:19:51)
Le cheval est-il convaincu qu'il est préférable d'obéir aux demandes du cavalier que de désobéir en risquant une éventuelle sanction, je pense que oui; il préfère le confort dans l'obéissance que l'inconfort du refus et la réprimande, mais tout çà n'est-il que de l'anthropomorphisme?
La gente féminine est effectivement habile et très intuitive, toutefois ses écrits ne sont pas encore de la trempe des Beudant, Saint- Phalle et autres Fillis; mais laissons leur le temps, l'équitation se décline aujourd'hui au féminin et leurs récits épistolaires sauront sans nul doute nous envoûter, à défaut de nous convaincre.
-ni l'un, ni l'autre par JeanClaudeGrognet (15/02/2013 21:59:18)
Réduire le dressage à la notion de confort ou pas serait plus pour moi du "pavlovisme" que de l'anthropomophisme.
Les principes de dressage sont aujourd'hui bien identifiés pour une équitation moderne, après l'on choisit sa voie ..
Et puis, si le cheval ne dispose pas des conditions physiques propres à l'exécution de certains mouvements,(appuyers, changement de pied etc.. ) vous aurez bon jouer de la "sanction" vous n'obtiendrez que de l'incompréhension, voir de la rétivité.
Je ne suis pas un admiratif de vos auteurs, et je ne pense pas qu'ils inspirent les dresseurs d'aujourd'hui.
Enfin, si les femmes n'ont pas écrit c'est qu'à l'époque dont vous vous référez l'équitation était pratiquement réservée aux militaires. Je constate qu'aujourd'hui, les cavalières sont plus nombreuses sur les carrés de dressage et qu'elles y réussissent très bien, et moi elles m'ont convaincu depuis longtemps !
-convaincu! par Sutansalsa (20/02/2013 18:39:42)
convaincu je suis Monsieur de la stylistique de vos écrits. Vous devez être un orateur redoutable et manier la rhétorique avec brio et je vous admire pour ces talents. Quant aux principes de dressage de l'équitation moderne, vous n'êtes pas sans savoir qu'il existe "des dérives" identifiées par Philippe Karl notamment. Le sujet est vaste, la passion est grande, une vie est-elle suffisante pour entrevoir la vérité.
Bien amicalement!
-mon avis par JeanClaudeGrognet (20/02/2013 20:32:55)
L'oeuvre humaine est bien imparfaite. La preuve l'allemande Helen Langehanenberg vient de dresser à seulement 87,80 %, suivie par Kristina Sprehe (Ger) avec 84,42 % et Isabelle Werth (Ger) à 84,00 % à Neumuenster pour la Coupe du Monde FEI de dressage ! Excusez du peu.
Aujourd'hui la meilleure française est Jessica Michel elle est 40 eme au classement mondial.
De 2 choses l'une, ou bien les juges internationaux sont des abrutis et n'y connaissent rien ou bien ceux qui critiquent l'équitation d'aujourd'hui parlent d'autre chose.
Je penche pour la 2 eme solution.
Chacun choisit sa voie, certains veulent en rester à La Guérinière ou Baucher. Pourquoi pas, c'est respectable , mais qu'ils cessent de donner des leçons à ceux qui sont sur les carrés de compétition, ou bien qu'ils donnent la preuve de leur vérité sur les terrains, par eux même ou au travers de leurs élèves.
Cela dit je prendrais bien volontiers une leçon avec Philippe Karl aussi.
Il y a Dressage et dressages pour différentes finalités.