Article proposé par JeanClaudeGrognet, paru le 19/09/2012 08:13:29
Rubrique : Interviews, lu 3690 fois. 6 commentaires
Partager

Les dix bougies de Michaël Sellier


 

 

          

 

         Le  retour de Lézirias marque pour Michaël 10 années de haut niveau. A son actif 5 championnats du Monde dont 4 à 1 cheval et 1 à 1 poney. Michaël va souffler les bougies d'une belle aventure et tourner la page des compétitions à 1 cheval. C'était établi à l'origine de sa collaboration avec Patricia Nijdam son sponsor.

  " Nous avions convenu avec Patricia de terminer l'aventure à 1 cheval et avec W2Go après Lézirias afin de nous concentrer sur l'attelage en paire pour l'avenir. W2Go va partir chez elle pour y être monté par un cavalier professionnel  pendant un an. J'aime beaucoup ce cheval, j'y ai mis pas mal de sueur dessus, mais je suis aussi très excité à l'idée de me lancer dans la compétition à 2 chevaux. Je prends énormément de plaisir dans le menage à 2. Et puis il y a tellement de beaux concours pour les attelages en paires, c'est autre chose, on entre dans un univers différent ! Nous somme équipés avec 3 chevaux de qualité, on va tout  faire pour parvenir très vite au meilleur niveau international. Je n'envisage pas la compétition sans avoir pour objectif les prochains Championnats du Monde.  Ce doit être fait dans les 3 années qui viennent. Etre déjà l'année prochaine dans l'équipe de France serait extraordinaire. Pour le moment je vais participer au Championnat de France à Conty".

         Confirmation de Patricia " W2Go est encore jeune, Michaël a fait du très bon travail sur le cheval depuis 2 années. J'ai vécue beaucoup de belles épreuves à 1 cheval avec Anne Violaine Brisou, Stéphane Chouzenoux et Michaël. Aujourd'hui je voudrais me faire plaisir avec un attelage de 2 chevaux. Après quelques temps sous la selle, je déciderai d'un nouvel avenir pour W2Go, à moins que je ne le conserve chez moi ".

         Michaël a déjà planifié l'entrainement pour l'hiver mais également pour le moyen terme: "J'ai commencé cette année,  et je vais poursuivre ma collaboration avec Gérard Leitjen (Ned) tout en continuant de profiter des installations de Lamotte. Gérard Leitjen  va venir tous les mois à Chablis. Le stage se passe en anglais et Gérard est aussi un bon prof pour ça! Avec un coach souvent présent on peut après une période de rodage aller à l'essentiel et faire de la vraie préparation sportive et plus seulement du travail sur les chevaux. Faire des concours "à blanc" chez soi, en déroulant les 3 tests pendant ces rencontres est essentiel à mes yeux. Le travail de base des chevaux doit être acquis, le coach ne doit qu'apporter qu'une confirmation et une validation du travail accompli.  Ainsi il est  possible de consacrer la plus grande  partie de son intervention à la  "préparation sportive proprement dite."

 

 

         Retour sur le Championnat du Monde

         Michaël en a terminé à la 19 ème place à Lézirias et  premier attelage français classé: " c'est le plus beau Championnat que j'ai couru. Tout était très bien organisé, les infrastructures étaient très bonnes ainsi que l'organisation, le cadre magnifique et bien dimensionné pour les attelages à 1 cheval. Les organisateurs se sont donné les moyens, ils nous ont proposé un très beau concours. Il y avait un peu de monde, ce n'est pas facile à chiffrer. En tous les cas plus de monde qu'à Pratoni et il y avait une foule importante pour la maniabilité. Au marathon les spectateurs pouvaient prendre place sur une grande terrasse qui surplombait tous les obstacles. Des français aussi pour nous suivre et nous encourager : les Garcia, Antoine Jeanson, Thierry Mœurs, les propriétaires du cheval des Vernay, des amis de Constance Ménard, des amis des Brisou, les parents de Marion.

         Côté sport

         " Je suis satisfait de W2Go et la performance concrétise le travail investi sur le cheval. Il est évident que sur le plan de la performance à attendre pour un championnat du monde ce n'est pas du tout suffisant. Le cheval a le potentiel et les allures  pour ce niveau d'épreuve, mais il n'en a pas encore la maturité. Au marathon c'est encore plus significatif, le cheval n'a pas suffisamment d'expérience. La maniabilité très difficile ne s'est pas mal déroulé pour moi, j'ai fait un peu de temps, mais il était très difficile de réaliser le chronomètre. Il n'y a pas de "sans faute" sur cette maniabilité. Le dressage comme le marathon n'ont pas creusé les écarts pour la majorité des concurrents qui avaient de réelles ambitions personnelles ou pour leur équipe. La maniabilité a été pour beaucoup le juge de paix de ce concours, mais l'allemand Dieker a été excellent en dressage et sur la maniabilité, et n'a concédé que 10 points sur le meilleur au marathon". 

         La France termine 7 ème, c'est moins bien qu'à Pratoni et les souvenirs de Jarantow où l'Equipe de France était médaille d'or commence à s'effacer des mémoires. Pour Michaël il y a quelques raisons: "aujourd'hui je crois que nous sommes "en bas de l'escalier, nous sommes en fin de cycle. Il n'y a pas en France un réservoir de chevaux prêts, ni assez de meneurs d'expérience  à ce niveau. Durant l'année de Jarantow, Anne Violaine et moi avions gagné des CAI, nous étions parmi les meilleurs mondiaux. La concurrence devient plus forte avec la Grande Bretagne et les  USA,  et certaines nations sont en "haut de l'escalier, en bout de cycle" comme la Suisse la Hollande, ou l'Allemagne par exemple. Seront-ils encore là dans 2 ans ? Ce qui est certain c'est qu'il y avait quelques individuels très prometteurs chez certaines nations. Nous n'avons pas assez de meneurs bien équipés, en chevaux, en matériels et en logistique. Il faut passer à la vitesse supérieure si l'on ne veut pas se faire distancer. Ca peut venir très vite, il faut remonter l'escalier".   

JCG   


  Commentaires
-Champion par Gronivo (19/09/2012 09:35:02)
un grand champion sur la durée est toujours un homme (ou une femme) intelligent. CQFD
-les grands ... par JeanClaudeGrognet (19/09/2012 12:25:20)
.... sont ceux qui durent et qui reviennent toujours au plus haut niveau quelques soient les chevaux ...
-les grands par Duchesse (19/09/2012 20:31:15)
quelque soit les chevaux= je mettrais des reserves et si on est en bas de l escalier comme dit mickael c est que l on n a pas d aide ou de motivation en attelage a 1 cordialement
-pourtant par JeanClaudeGrognet (19/09/2012 20:55:23)
Le talent et la maitrise des techniques permettent à ceux qui ont ces qualités d'amener des chevaux (talentueux) au plus haut niveau. Ils ne son pas le cavalier ou le meneur d'un seul cheval.
-À quand un vrai diagnostic ! par Dirdir (19/09/2012 22:11:04)
amateur très moyen,il me semble que l'accès au podium est détérminé par un dressage "parfait"!! On ne va pas toujours geindre :on a tout les meneurs les chevaux ,etc.....et bien dressons avec plaisir et compétence et mettons leur la pâtée !!!Assez d'autosatisfaction sur des résultats pas encore bons,vous avez le marathon et la mania,que reste-t-il à travailler ?????
-Dirdir et Duchesse élargissent le débat, moi aussi par JeanClaudeGrognet (20/09/2012 08:40:06)
L'accès au haut niveau n'est pas simple, l'accès au podium encore moins. Je témoigne tout de même car je les connais , que les meneurs français travaillent beaucoup et particulièrement le dressage (ils sont peu nombreux mais ils existent). Il est vrai que nous n'avons pas le rang que nous devrions avoir, dans une nation qui a un gros passé équestre, une fédération qui revendique d'être la 3 eme fédération sportive française avec 800.000 licenciés, un pays de 80 millions habitants, un niveau de vie comparable et souvent au dessus du niveau de vie d'autres pays de la CCE. Les résultats des J.O 2012 confirme s'il en était besoin encore une fois et je rappellerai seulement les succès d'autre disciplines , judo, escrime (pas cette fois ci) sports nautiques etc ... bien loin des 800.000 licenciés. C'est toute la filière équestre, l'enseignement (et oui Jélo), la fédération et les sportifs qui portent le fardeau.