Article proposé par Renata, paru le 28/04/2008 22:39:58
Rubrique : Coup de coeur, lu 961 fois. Pas de commentaires
Partager

La blouse du dentiste


 

La blouse du dentiste

 

         Ce titre est un clin d’œil au « blues du dentiste », chanté par Henri Salvador et écrit par Boris Vian, vous savez, ooooooooooooooooooh oh la laaaaaaaaa haaaaaaaaaa !

 

         Louis est instructeur, mais enseigner ne le passionne plus, il est juge national de concours complet, mais juger l’ennuie, sauf pour dépanner des amis organisateurs, il est surtout dentiste équin, un des premiers à avoir sillonner la France et l’outre-mer.

 

         Pensez donc, son actuelle voiture dépasse les 400 000 kilomètres !

         Elle est parfaitement adaptée à son métier, ou plutôt le matériel a été conçu aux mesures du véhicule : une caisse fabriquée pour contenir le matériel, un support métallique pliant à roulettes pour poser la caisse et la déplacer, une canne qui supporte la meule électrique commandée au pied. Tout tient discrètement dans le coffre du break.

 

Intéressante la préparation !

 

         Louis enfile la fameuse blouse, verte, sans doute pour apparaître plus « appétant » aux yeux des chevaux ! Il demande qu’on remplisse d’eau tiède son seau en inox dans lequel il verse un antiseptique, et plonge toutes ses râpes.

 

         Il va voir le premier cheval à boucher, le contact avec lui est fait de confiance et de douceur. Il installe la crémaillère ou pas d’âne, appareillage indispensable que le cheval accepte tranquillement, il enfile des gants de chirurgien et commence son opération.

         Etonnamment les chevaux se laissent appareiller et manœuvrer la mâchoire sans broncher. Même la meule électrique ne les perturbe pas. Les différents bruits produits par les râpes n’a pourtant rien d’agréable, sans doute ils nous rappellent ceux de la roulette et de la fraise, à nous humains !

 

 

         La longueur des outils est impressionnante. Le cheval a une petite bouche, mais une mâchoire très profonde. Différents modèles de râpes sont nécessaires pour venir à bout des surdents et pour rectifier des anomalies (dents de loup, de cochon, pointes, surnuméraires…) qui peuvent avoir un effet ravageur sur le comportement des chevaux, montés ou attelés.

 

         Louis termine son opération avec un lavage de bouche, bienfaisant pour « le malade », la crémaillère refermée et ôtée libère le cheval. Selon l’importance de l’intervention, il faudra attendre le lendemain ou quelques jours pour remettre le mors. Une dentition en mauvais état peut provoquer des douleurs terribles pour le cheval qui ne saura l’exprimer qu’avec une attitude contraire à celle que nous nous évertuons à obtenir, et nuire à sa bonne santé, le bol alimentaire étant mal ingéré.

 

         La dernière photo démontre à quel point la visite annuelle du dentiste équin est impérative !

 

Belle collection !


  Commentaires