Article proposé par JeanClaudeGrognet, paru le 06/12/2017 14:04:29
Rubrique : Interviews, lu 633 fois. Un commentaire
Partager

BENJAMIN AILLAUD après Budapest


 

        

 

         C'est la seconde fois que le  français accède à cette Coupe du Monde. La première c'était en 2007 avec les lipizzans, il a aussi terminé second de la finale à Leipzig en 2008. Je pense avoir fait l'erreur dans un article précédent de dire que l'accès à la sélection d'une Coupe du Monde était une première pour un français cette année. Mea Culpa donc.

         Forcément on est un peu chauvin, On  attendait  des miracles de la part de Benjamin Aillaud, en oubliant que ses adversaires ont une longue expérience de cette compétition.

         Dernier de l'étape de Stuttgart, (je me demande pourquoi on s'obstine à parler de "leg" le français convient si bien), j'ai mis en suspend mes interrogations, sachant le handicap d'une entorse à la cheville du meneur: pas de vitesse ni de précision sur le parcours.

         Budapest a confirmé, même constat. Pour avoir quelques explications rien de mieux que de recueillir le point de vue du meneur.

         Il est difficile de joindre Benjamin. Après plusieurs tentatives, il est à chaque fois sur un attelage, pour preuve, on entend le pas des chevaux. Il bosse dur c'est un fait. J'évite de déranger… Ce matin je tente une nouvelle fois il est neuf heures… déjà sur l'attelage… comme on risque de ne jamais arriver à se parler, on décide de faire l'interview malgré tout.

         JCG: période d'apprentissage  ?

         Benjamin: " ce sont des chevaux qui n'ont aucune expérience de l'indoor. L'année dernière j'avais lancé un team de lusitaniens, et on a pris la décision de sortir cette année avec de jeunes arabo -frisons . On n'a donc aucune prétention. Notre objectif principal c'est TRYON, et l'année prochaine nous serons performants sur les indoors. Cette année je cumule les sorties pour prendre de l'expérience, prendre des repères et on fait aussi des sélections sur les chevaux.  

         Il y a aujourd'hui plus de meneurs capables de bien figurer dans les indoors, mais le niveau n'a pas nécessairement progressé.

         JCG: comment as-tu trouvé la piste de Budapest ?

         B.A:  la piste était assez particulière, très étroite 50x30m, le début du parcours était surprenant dans l'enchaînement, parfois contraignant pour les chevaux comme la porte 2. Le parcours était aussi très long, habituellement les parcours sont de 60 - 70 secondes. A Budapest on était sur le double de temps, ce qui mettait les chevaux en anaérobie. Il y a eu un accident à Stockholm, je crois qu'il faudrait limiter les distances dans ces épreuves.

         Le premier concours de la saison outdoor en 2018 sera à Horst."

La discussion est difficile, la communication est hachée, j'ai juste le temps de souhaiter une bonne saison à Ben avant de le perdre.

© interview JCG


  Commentaires
-Bien d'accord par Heliosness (06/12/2017 15:24:31)
Stockholm : Ce que mes analyses de mesures et de vitesses confirmaient ! Sans compter que ce n'était pas conforme au règlement. Le "spectaculaire" ne va pas dans le sens du respect des chevaux.