Article proposé par Heliosness, paru le 21/11/2017 07:41:13
Rubrique : Reportages, lu 780 fois. Pas de commentaires
Partager

CAI-W STUTTGART: les stratégies dévoilées


 

World Cup™ Driving : analyse chiffrée.

Stuttgart : Les 3 meilleurs ont passé environ 50% du temps dans les obstacles et 50% à l’extérieur. C’est un peu plus que l’an dernier mais il y a une porte de plus au 1er obstacle.

Le meilleur stratège est celui qui gagne la partie. La grande qualité supplémentaire de Boyd Exell (car ils ont tous de très grandes qualités) est d’être capable de modifier ses trajets d’un tour sur l’autre pour gagner du temps. Il s’adapte à une vitesse incroyable.

L’essentiel du parcours était identique pour tous les meneurs :

Il semble qu’il fallait privilégier un tracé avec le moins d’épingles à cheveux dans le premier obstacle. Le tracé en bleu est l’un de ceux choisis par Boyd Exell, dans les autres couleurs, vous avez les variantes choisies par les autres meneurs.

Le graphique suivant compare les temps mis par chaque concurrent sur chaque partie du parcours : du départ jusqu’au seuil du premier obstacle, dans le premier obstacle, entre la sortie du premier obstacle et l’entrée dans le second obstacle et enfin depuis la sortie du second obstacle jusqu’à l’arrivée. La sixième série compare les temps totaux, la série 7 les temps mis dans les deux obstacles réunis et la dernière série, le temps total à l’extérieur des obstacles.

Sur le premier tour, mais c’est général, Isjbrand Chardon est le plus rapide au démarrage. Le plus rapide dans l’obstacle 1 a été Benjamin Aillaud, entre les deux obstacles, ils vont pratiquement tous à la même vitesse, dans l’obstacle 2, c’est Chardon le plus rapide mais très proche de Boyd Exell et de Georg von Stein et le finish revient à Boyd Exell. Sur ce tour, Exell a été le plus rapide, en particulier à l’intérieur des obstacles, Chardon le battant d’un cheveu en dehors des obstacles.

Le second tour du warm up présente une configuration similaire pour le départ. Benjamin Aillaud a rencontré une difficulté dans l’obstacle 1 avec ses chevaux de volée qui se sont engagés dans la porte F à l’envers, il a freiné, les a fait reculer et les a orientés dans la bonne direction pour revenir à main gauche prendre la porte F. Il perd ici 12,79 secondes. Quasiment la même chose entre le 1er et le 2d tour pour la suite à l’exception d’une accélération de Georg von Stein plus importante au finish.

La série du temps total montre clairement l’amélioration de la vitesse de von Stein sur tout le parcours et le ralentissement du Français. Dans les obstacles c’est cette fois-ci l’Allemand le plus rapide de tous.

Sur le troisième graphique sont détaillées les secondes gagnées ou perdues au second tour par rapport au premier tour du warm up. Celui qui en gagne le plus est Georg von Stein, partout mais surtout grâce à son changement de stratégie dans le premier obstacle où il gagne 15 secondes ; il conservera ce nouveau tracé le lendemain. En revanche, son changement de tracé dans le second parcours lui fait perdre un peu moins d’une seconde. Pas avantageux, il reviendra à sa première idée lors des deux tours de la deuxième compétition.

Chester Weber a amélioré sa vitesse sur toutes les parties du parcours, de manière égale dans les obstacles et en dehors. Je pense qu’il nous réserve des surprises car il en a sous le pied le monsieur.

On peut observer que c’est sur l’obstacle 1 que tous les meneurs, excepté Benjamin, ont gagné le plus de temps.

Pour la Seconde compétition, finale de Stuttgart, je n’ai analysé que les trois meneurs qui sont allés au Drive-Off.

Isjbrand Chardon est toujours le plus rapide au démarrage, en revanche il est celui qui passe le plus de temps dans le premier obstacle car il a conservé sa stratégie qui consiste à entrer par l’accès le plus proche de la porte 4 mais qui oblige à faire une épingle à cheveu pour prendre la porte A et ses chevaux de volée ont fait la même chose que ceux de Benjamin Aillaud la veille, à savoir, tenter de s’engager dans la porte F à l’envers, mais il s’en est dégagé plus rapidement que le Français.

Je l’avais déjà relevé la saison dernière, Boyd Exell augmente sa vitesse selon une fonction linéaire croissante, il va de plus en plus vite au fur et à mesure du parcours. Il est tout de même 10 secondes plus rapide que le deuxième. Sur ce tour, Boyd Exell est le plus rapide dans les obstacles et en dehors, de façon égale, environ 5 secondes sur chaque domaine.

Le quatrième graphique confirme toujours la même chose, Isjbrand Chardon est le roi du décollage mais nettement moins bon que le champion de la discipline dans les obstacles très techniques où Boyd Exell sait trouver le chemin qui permet d’éviter les difficultés. Il cherche toujours les lignes courbes les plus droites possibles qui permettent de prendre le plus de vitesse. Il préfère prendre légèrement plus loin, plus ample, plus vite.

         Celui qui a le plus amélioré sa vitesse entre les deux tours est Isjbrand Chardon, de façon constante sur tout le parcours tandis que ses concurrents ont légèrement perdu ou ont très peu gagné sur les obstacles, voire rien compte tenu de la marge d’erreur de la mesure chronométrique.

Dans le tableau suivant l’essentiel et la suite du programme. A Stockholm, les deux favoris sont Boyd Exell et Georg von Stein tandis qu’à Budapest ce sont les Néerlandais Koos de Ronde, qui y fera son entrée, et Isjbrand Chardon, qui se mesurera à son fils. Jérôme Voutaz, vice-champion en titre y fera également une entrée très attendue et bien sûr, le Français Benjamin Aillaud que l’on espère en pleine forme.

Les deux Legs du 1er week-end de décembre promettent d’être passionnants.

©Heliosness, 20.11.2017.


  Commentaires