Article proposé par JeanClaudeGrognet, paru le 31/08/2016 08:03:46
Rubrique : Interviews, lu 1834 fois. Pas de commentaires
Partager

RAPHAEL BERRARD : '' je ne suis que l'aboutissement''


 

 

                Raphaël Berrard est enseignant au Haras du Pin. Ce week end il a gagné le CAI 2*  des attelages en paire. Une première sortie  et un premier succès a celui qui est l'élève et le coéquipier de Renaud Vinck. 

         En demandant cet interview à Raphaël, je ne m'attendais pas à entendre  de telles  informations sur son attelage...

         attelage.org : bravo pour cette performance. Et les chevaux qui sont-ils ?

         Raphaël Berrard : " ce sont deux chevaux français nés dans les haras nationaux. Ce sont de  purs produits de la maison, ce sont des chevaux de formation, j'aime bien répéter cette histoire : des gens sont venus en formation pour récolter les semences des étalons, la jument est né à la jumenterie du Pin et le cheval au dépôt de Chamberet, et toute leur vie ils ont été dans le cursus formation chez nous, en élevage puis dans le  sport."

         a.o des cavaliers et des meneurs ont donc utilisé tes chevaux ?

         Raphaël Berrard :" les chevaux ont commencé leur carrière à la cavalerie jeune chevaux. Ils ont servi aux élèves en formation CSO, ils ont fait les épreuves SHF en 4,5, et 6 ans. Après la carrière de jeunes chevaux, ils ont basculé à l'attelage. Ils ont été débourrés ici au Pin, et aujourd'hui ils servent de chevaux d'instruction."

         a.o: j'imagine que la maison est très fière ?

         Raphaël Berrard : "oui bien sûr, rendez-vous compte:  d'avant leur naissance jusqu'à aujourd'hui, ce sont les gens du Pin avec des élèves du Pin qui ont fait la carrière de ces chevaux là! La personne qui s'occupe de la jumenterie et qui était ce week-end juge  sur un obstacle a pu voir les chevaux, dont elle a assurée la vie, faire le concours ici. Tout "le Pin" a un peu de l'histoire de ces chevaux, notre maréchal, notre sellier , moi je ne suis que l'aboutissement d'une longue chaîne. On est content de l'image que l'on donne, on met en avant l'instruction que l'on donne à nos élèves. Cela vérifie que ce que l'on fait est bon. C'est en fait ce que nous demande la Direction. Thibault Vallette qui est champion olympique va maintenant expliquer comment il en est arrivé là, quels ont été les besoins, les problèmes... Ce que l'on fait n'est pas gratuit, mais doit servir. "

         a.o: il est prévu maintenant de "protéger"  tes chevaux pour les réserver à la compétition ?

         Raphaël Berrard : "non, ce sont des chevaux qui vont continuer de faire de l'instruction. Notre mission est que tout le monde bénéficie des chevaux que nous formons. De plus ces chevaux sont utilisés pour la formation DEJEPS (diplôme d'entraîneur CSO-CCE ou Dressage). Vous voyez ces chevaux dressent, sautent et font du cross. Une élève les a sortis cette année en épreuve de dressage.

         a.o : quelle sera la suite de la compétition en attelage?

         Raphaël Berrard :" oui les chevaux vont continuer, d'abord le Championnat de France, après on verra, mais encore une fois ces chevaux "doivent gagner leur vie" et seront avant tout utilisé pour la formation. C'est la priorité, c'est mon instrument de travail de tous les jours, sans eux je serais ennuyé pour faire mon métier de même que les autres enseignants du Pin qui les utilisent. Dans les semaines qui viennent, cette paire va servir de support pour les examens de mes élèves. La carrière sportive vient donc en second plan.

         a.o: les élèves "attelage" ont beaucoup de chance d'avoir des chevaux arrivés à ce niveau de compétition, ils ont tout de même battu des attelages étrangers...

            Raphaël Berrard : oui bien sûr, il y avait plus particulièrement deux bons attelages hollandais. Ce n'est pas toujours facile de faire un concours à la maison. Il faut féliciter tous ceux qui ont participé à l'organisation du concours, les meneurs avaient l'air content du concours, des carrières, des obstacles... Les détentes étaient du même sol que le sol de la carrière principale. Avec Renaud et les grooms nous avons l'habitude de travailler ensemble ce qui est très efficace. Et puis malgré la chaleur aucun problème avec les chevaux selon les dires du vétérinaire. Les aménagements de parcours avaient été prévus, on n'est pas sorti du Parc du Hautbois. J'ai fait une bonne mania, je suis rentré dans le temps, c'est ce qui m'a permis de remporter la victoire.

         Je voudrais remercier tous les gens qui sont proches de cet attelage, les gens de l'IFCE qui interviennent sur ces chevaux. Le concours du Pin va perdurer, à cette date par ce qu'il y a le Complet la semaine précédente et que l'on mutualise  les installations. Je remercie également Geneviève Ardaens la Directrice de l'Ecole du Haras du Pin et Nathalie Mull qui est responsable du Sport à l'IFCE qui m'ont permis de faire le concours du Pin.

Interview JCG

 

 

               


  Commentaires