Article proposé par Curious, paru le 28/02/2015 08:52:45
Rubrique : Les références > Dressage : technique, lu 1364 fois. Pas de commentaires
Partager

La page Dressage de Caroline: L'arrêt


 

 

 

 

 

Aujourd'hui il n'est pas contestable  que l'amélioration du dressage et du comportement du cheval d'attelage est insuffisant si l'on se contente de le faire travailler "à la voiture".

        

         D'autres techniques, le travail monté, le travail aux longues rênes, s'ils sont bien exécutés apportent souplesse, muscles, force, équilibre et corrections aux défauts apportés par la traction, que ce soit pour un cheval qui travail en solo, à 2 ou à 4 chevaux.

 

         Caroline Chastel est juge de dressage et cavalière, elle va nous faire quelques piqûres de rappel sur des exercices parfois simples qu'il convient de bien réaliser afin qu'ils soient efficaces.

 

         N' hésitez pas à l'interroger dans l'espace "Commentaires" sur le sujet du jour, sur d'autres questions, ou bien sur les problèmes que vous rencontrez avec votre cheval.     

 

JCG

 

 

 

 

         Au début, lorsque l’on apprend à monter à cheval, souvent on entend l’enseignant demander un arrêt, ne serait-ce qu’à la fin de la reprise, sur la ligne du milieu. Mais comment doit-on s’y prendre ?

 

         Il semble souvent plus facile de tirer et du coup l’on pense que le cheval va s’immobiliser, mais il faut agir avec tact si on veut obtenir un résultat correct.

 

         Tout d’abord, il faut savoir que le cheval est beaucoup plus fort que nous. Si l’on tire vers l’arrière pour ralentir ou s’arrêter, il réagira aussitôt en tirant lui vers l’avant et l’on n’obtiendra ni arrêt, ni ralentissement.

 

         Il faut agir par petites étapes : fermer les doigts sur les rênes de façon discontinue en se redressant, ce qui renforcera l’action de la main, rouvrir les doigts puis les refermer autant de fois qu’il sera nécessaire pour obtenir un véritable arrêt, sans pour autant oublier les jambes qui doivent continuer à générer l’impulsion pour que le cheval s’arrête en équilibre.

 

         Pourquoi redresser le haut du corps et pourquoi agir de façon discontinue avec les mains ?

 

         Observons ensemble un cheval : quand il avance grâce à l’engagement des postérieurs qui lui servent de moteur, il envoie légèrement son poids vers l’avant de son corps, de fait sa croupe est moins surchargée et donc ses postérieurs peuvent s’actionner de mieux en mieux pour avancer. Notre problème étant de l’arrêter, il faudra inverser cette tendance qu’à le cheval de mettre son poids sur ses épaules, donc en surchargeant son moteur : la croupe, on commencera par le ralentir puis l’arrêter.

 

         En se redressant, on incite automatiquement le cheval à mettre plus de poids vers l’arrière. Les mains, comme la tête du cheval remonteront un peu, là encore cela provoquera un report de masse vers les postérieurs.

 

         Pour comprendre l’action des mains, imaginons qu’il y a un sac de billes posé sur les épaules du cheval, à chaque fois que l’on fermera les doigts on fera passer quelques billes vers la croupe, l’alourdissant petit à petit. Une seule action des mains ne permet pas de faire passer suffisamment de billes pour peser sur les postérieurs et les ralentir.

 

         Pour résumer, pour s’arrêter il est indispensable de remettre son cheval en équilibre. Tous les chevaux ne réagiront cependant pas de la même manière, soit pour des raisons physiques : cheval fait en descendant, cheval très raide ou trop souple. La demande doit être adaptée selon chaque cas.

 

 

 

 

Il faudra être :

                   . plus délicat pour un cheval raide

                   . plus ferme pour un cheval trop souple

                   . plus compréhensif pour un cheval au physique difficile

 

Quoi qu’il en soit, ne jamais oublier que le cheval doit répondre aux aides avant tout, quitte à devoir les renforcer.

 

Malgré tout, l’on doit se servir de ses jambes pour que le cheval reste dans l’impulsion, même s’il s’agit de s’arrêter ou encore de reculer.

 

         Le rôle des jambes est d’autant plus important en dressage puisque l’on demande au cheval de s’arrêter d’aplomb et carré. Pour cela il faut agir de manière symétrique avec les jambes et les mains mais il faut savoir que le cheval ne s’arrêtera bien et donc au carré que s’il est aussi souple et fort de chaque côté, ce que l’on obtiendra en assouplissant le cheval et en le musclant par du travail symétrique de chaque côté.

 

Quelques bons conseils :

 

n Travail de soumission aux aides avant toute demande

n Position qui permette l’équilibre et une action coordonnée des aides

n Action discontinue des mains

n Action permanente des jambes

n Plus de patience que de brutalité

n Plus de fermeté que de laisser aller

 

 


  Commentaires